Puceron du soya : seuil d’alerte atteint

Les populations de puceron du soya sont en croissance au Québec. Sur les 104 sites dépistés par le Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP), huit ont atteint le seuil d’alerte de 250 pucerons. Plusieurs autres pourraient l’atteindre au courant de la semaine prochaine.

Le dépistage est donc recommandé dans les régions de la Montérégie, de Lanaudière et des Laurentides. Il est également suggéré d’être vigilant dans les autres régions, car des foyers localisés d’infestations importantes ont été observés et les populations semblent augmenter rapidement partout au Québec.

Le seuil d’alerte nous signale qu’il faut se préparer à intervenir pour éviter que les populations n’atteignent une densité de 1 000 pucerons par plant avant le stade R6.

Actuellement, les champs les plus infestés parmi les sites dépistés par le RAP sont situés dans la région des Laurentides (578 pucerons par plant), en Montérégie-Est (480 pucerons par plant) et en Montérégie-Ouest (375 pucerons par plant). De plus, une population atteignant 170 pucerons par plant a été observée pour un site dans Lanaudière.

Les ennemis naturels du puceron sont bien présents dans toutes les régions du Québec puisqu’ils ont été observés dans 85 % des sites dépistés par le réseau. Parmi ces ennemis, nous retrouvons principalement les coccinelles – aux stades d’adulte, de larve et de pupe – les syrphes, les chrysopes – au stade d’œuf – les cécidomyies, les punaises et les Orius.

De plus, la présence de champignons entomopathogènes a été rapportée. Il est important de tenir en compte que les traitements fongicides dans les champs de soya détruiront les champignons entomopathogènes bénéfiques pour contrôler, et même éliminer, les populations de pucerons.

Une population moyenne de 357 pucerons par plant a été observée dans un champ en Montérégie-Ouest le 13 juillet dernier. À cette date, de grandes populations d’ennemis naturels avaient été observées (coccinelles, syrphes et parasitoïdes). Un dépistage effectué trois jours plus tard indiquait que la moyenne de la population avait diminué à 135 pucerons par plant, preuve que les ennemis naturels peuvent exercer un excellent contrôle des populations de pucerons. D’autres cas similaires ont été rapportés au RAP cette semaine.

Consultez l’avertissement du RAP (PDF)

 

à propos de l'auteur

Articles récents de André Dumont

Commentaires