Vers un printemps pluvieux

Les premières prévisions pointent vers du temps humide

Avec le mois de janvier terminé et février bien entamé, les regards se tournent vers les prévisions pour le printemps prochain. Le service de météo Accuweather a livré ses premières estimations pour la saison. Selon toute vraisemblance, le temps sera à la pluie pour mars-avril et mai pour l’Est du pays, dont le Québec et l’Ontario.

prévisons printanières d'Accuweather

Un printemps mouillé se pointe pour le Québec

 

Les Québécois pourraient même avoir à troquer leur bottes d’hiver pour des bottes de pluie plus tôt que prévu puisque les précipitations seront sous forme de pluie plutôt que sous forme de neige. “Un printemps pluvieux est en train de prendre forme du sud de l’Ontario au sud du Québec, ainsi que pour des portions des Maritimes”, a indiqué le météorologue d’Accuweather pour le Canada, Brett Anderson. “Il demeure tout de même des chances pour que des tempêtes de neige se forment et se déversent sur ces régions, surtout en mars.”.

Les quantités de neige et de pluie vont augmenter les risques d’inondation au tout le long de la vallée du Saint-Laurent, durant le printemps. Les Grands Lacs affichent d’ailleurs cette année un niveau d’eau très élevé.

La possibilité d’un printemps pluvieux plutôt qu’enneigé suivrait la tendance de cet hiver où les épisodes de froid intense se sont fait rares. Le mois de janvier a été plus chaud que la normale au Québec et février s’enligne pour suivre les mêmes traces. La bonne nouvelle pour le printemps réside dans le fait que les températures seraient plus chaudes que les normales pour le printemps, contrairement à ce que le Québec a connu dans les dernières années. Le reste de février risque sinon de voir encore de bonnes bordées de neige.

Prévision NOAA

Les prévisions de précipitations du service météo des États-Unis, le NOAA, pour la prochaine semaine.

Et pour ceux qui aiment vivre dangereusement, le NOAA offre déjà un aperçu des prévisions pour l’été. Pour le moment, les températures dépasseraient les normales pour juin, juillet et août. Les prévisions de précipitations sont pour l’instant dans les normales, avec une possibilité de temps plus humide en juillet.

/products/predictions/long_range/lead05/m.05.t.gif

Les prévisions pour juin-juillet et août du NOAA. Le sud du Québec se trouve dans une zone avec une chance de près de 0,6 à 0,8 degré Celsius de plus que les normales.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Articles récents de Céline Normandin

Commentaires