Vietnam : la FAO inquiète de l’insuffisance des mesures contre la grippe aviaire

Hanoi (Vietnam), 23 janvier 2004 – L’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) s’est dite préoccupée par les réticences à abattre suffisamment de poulets au Vietnam pour enrayer l’épidémie de grippe aviaire qui y a déjà fait cinq morts.

Quelque 2,5 millions de volailles ont été tuées ou sont mortes de la maladie mais beaucoup d’autres doivent encore être éliminées, a souligné l’agence.

« Je suis un peu inquiet. Le gouvernement ne paie que 5.000 dongs (30 cents) pour un poulet tué, mais leur valeur marchande dépasse les 50.000 dongs. C’est pourquoi il y a une réticence à appliquer les mesures d’abattage » demandé par les autorités, a déclaré Anton Rychener, responsable de la FAO au Vietnam.

Les responsables vietnamiens ont ordonné que tous les poulets soient tués dans un rayon de 3 km autour des zones où des oiseaux infectés par le virus H5N1 ont été découverts. Les zones doivent être également isolées dans un rayon de 10 km.

Mais certains éleveurs rechignent à sacrifier leur source de revenus ou ne prennent pas la menace suffisamment au sérieux, selon M. Rychener;

« Nous diffusons de l’information et nous mettons sur pied un ensemble de mesures de dédommagement pour reconstituer les cheptels des gens touchés », a-t-il ajouté.

Il a dit être au courant des informations selon lesquelles les autorités avaient dissimulé une flamblée de grippe de poulet dans le nord du Vietnam en juillet, ce qui expliquerait sa propagation ultérieure.

Mais il a reconnu qu’il était trop tard aujourd’hui pour réagir.

Selon le gouvernement, près d’un tiers des provinces du Vietnam, 19 sur 64, se sont dites touchées par l’épidémie. Leur nombre pourrait être bien plus élevé.

Source : AFP

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)
http://www.fao.org

Commentaires