Boeuf, le futur caviar

D’ici quatre décennies, le boeuf cesserait d’être un « produit de masse ».
Publié dans Le Bulletin des agriculteurs de janvier 2011

D’ici quatre décennies, le boeuf cesserait d’être un « produit de masse ». À cause de sa rareté, cette viande deviendrait un aliment de luxe. C’est au cours du 18e Congrès  international de la viande de Buenos Aires, en Argentine, que les impacts de  l’augmentation de la consommation de viande par les pays émergents furent soulevés.  D’ici 2050, la population mondiale est estimée à neuf milliards de personnes et la  consommation de viande bovine risque de doubler au cours de cette période. Henning  Steinfeld, un agroéconomiste de la FAO, explique que dans de telles conditions, la production de boeuf ne suffira plus à la demande. Estimant que les ressources nécessaires à  la production de viande bovine seraient de trois à cinq fois supérieures à celles de la production de poulet et de porc, le prix du boeuf grimpera. Également, Brian Weech de la World Wildlife Fund (WWF) fait un lien entre la protection de la ressource en eau potable  et des hausses de prix pour cette viande.

à propos de l'auteur

Commentaires