Est-il temps de changer d’hybrides? (suite et fin)

Des travaux réalisés à l’Université Purdue montrent que le DJC (selon le système américain) nécessaire entre le semis et la maturité diminue de près de sept unités par jour de retard du semis après le 1er mai.

Cette réaction sur le développement du maïs observée à la suite d’un semis tardif indique que les hybrides de pleine saison peuvent être semés sans crainte plus tard que ce qu’on croyait possible. Bien que ces résultats puissent inciter les producteurs à attendre plus longtemps avant de changer d’hybrides, il arrive quand même un moment où ils doivent prendre cette décision afin de réduire au maximum les risques de dommages associés aux gels de fin de saison.

Si la température du sol est de 10oC, que les conditions de sol sont favorables et que la météo prévoit des températures normales ou supérieures, il est recommandé de semer tôt. Après le 26 avril (ou le 1er mai dans les régions qui reçoivent moins de 2700 UTM), il est recommandé de semer dès que les conditions d’humidité du sol le permettent, sans trop tenir compte de la température du sol. Après un retard prolongé, il peut devenir nécessaire de remplacer les hybrides prévus par des produits de 100 à 150 UTM de moins par semaine de retard additionnelle.

Tout délai dans le semis peut parfois être avantageux pour le potentiel de rendement si le taux d’humidité et la température du sol sont à l’origine du retard. De bonnes conditions d’humidité et de température dans le sol contribuent à accélérer l’émergence des plantules, ce qui peut favoriser l’uniformité du peuplement de maïs.

Déterminer à quel moment un sol est prêt à être ensemencé est un jugement fondé sur les connaissances et l’expérience acquises avec un sol en particulier. Ce moment survient généralement lorsque l’humidité du sol s’est suffisamment retirée pour que la terre soit friable et tendre au contact des instruments aratoires et que sa température soit dans l’intervalle qui favorise la germination des semences.

Même si la période « normale » de semis s’éloigne, la patience est de rigueur si les champs n’ont pas séché. Les sols détrempés peuvent se compacter sous le poids de la machinerie et, dans ces conditions, les mécanismes sillonneurs risquent aussi de créer des problèmes de tassement latéral. Causer de tels dommages autour de la semence peut nuire au développement racinaire des plantules.

Source : Dekalb

à propos de l'auteur

Articles récents de André Dumont

Commentaires