Sauvons le glyphosate! (suite)

Au Québec, ce n’est pas tout à fait un hasard si la résistance au glyphosate n’est pas encore apparue. L’éloignement des régions touchées nous protège, mais nos pratiques agricoles aussi. Le travail du sol conventionnel est encore très répandu, nos producteurs laitiers font de longues rotations, notre préférence pour le désherbage en un seul passage nous incite à ajouter au glyphosate un herbicide résiduel et le soya IP fait partie de plusieurs rotations maïs-soya.

« Le potentiel d’apparition de résistance est quand même présent, affirme l’agronome Pierre Lanoie, responsable recherche et développement chez Monsanto Canada. Il y a des producteurs au Québec qui utilisent des cultures Roundup Ready année après année. »

D’après Gilles Leroux, la petite herbe à poux sera sans doute la première à développer une résistance au glyphosate. Elle est présente dans nos champs de maïs et soya. En 2012, un cas de résistance a été déclaré en Ontario.

Multiplier les rotations
Face à la menace, un mot magique : diversité. Si l’on veut éviter de perdre des millions de tonnes de rendement et dépenser des millions de dollars supplémentaires en traitements herbicides comme c’est déjà le cas dans des régions des États-Unis, il faudra s’abstenir de « prendre toujours le même fusil pour tuer les mauvaises herbes », comme le dit Gilles Leroux.

Le succès de la prévention de la résistance passerait par une diversité accrue non seulement dans nos choix de cultures, mais aussi d’herbicides et de biotechnologies.

Chaque culture ayant des besoins différents, les rotations incitent à une plus grande variété des stratégies de désherbage. Plus longue est notre rotation de cultures, meilleures sont les chances qu’on soit porté à utiliser d’autres herbicides en plus du glyphosate. Dans une rotation courte, il est préférable de faire aussi une rotation des modes d’action des herbicides. Lorsqu’on combine deux herbicides ou qu’on les utilise en séquence, cela se traduit aussi par un contrôle optimal des mauvaises herbes.

La rotation des biotechnologies est une idée plutôt nouvelle. Aux traits Roundup Ready (RR) de Monsanto s’ajoute depuis quelques années le caractère Liberty Link (LL) de Bayer. On peut donc alterner entre une culture RR et LL, ou encore, utiliser des hybrides qui sont à la fois RR et LL, ce qui nous donne le choix d’utiliser du glyphosate ou du gluphosinate (Liberty).

Monsanto a annoncé en 2012 l’homologation de soya résistant au dicamba. Il s’agit d’une étape en vue du lancement prochain de la technologie Roundup Ready Xtend, qui proposera du soya portant des caractères de résistance à la fois au glyphosate et au dicamba.

Du côté de Dow AgroSciences, les caractères Enlist s’inséreront bientôt dans des variétés de maïs et de soya pour leur conférer une résistance au 2,4-D.

Lisez cet article au complet dans Le Bulletin des agriculteurs de mars 2013.

à propos de l'auteur

Articles récents de André Dumont

Commentaires