Soya : c’est déjà le temps de semer! (suite et fin)

L’équipe du service de Développement des technologies de Monsanto Canada pour l’Ontario et le Québec a entrepris une étude de trois ans (2010 – 2012), en collaboration avec le ministère de l’Agriculture de l’Ontario (MAAARO) et l’Université de Guelph, dont l’objectif était d’augmenter le rendement du soya en étudiant les interactions entre la date de semis et la maturité. Ces travaux étaient basés sur les hypothèses suivantes :

1) Des données publiques indiquent que les variétés plus tardives produiraient davantage;

2) L’utilisation des traitements de semences permettrait d’obtenir un meilleur peuplement plus tôt dans des conditions de sol moins avantageuses.

Protocole des essais
Trois périodes de semis ont été étudiées, soit le semis hâtif (du 15 avril au 5 mai), le semis normal (du 6 au 25 mai) et le semis tardif (du 25 mai au 15 juin).

Des variétés de soya Dekalb convenant à chacun des sites ont été utilisées. En Ontario, les essais ont été réalisés à Chatham, Ridgetown, Tavistock, Ayr, Elora et Kemptville; au Québec, ils ont été effectués à Coteau-du-Lac et à Saint-Hugues.

Les travaux ont porté sur :

(1) une variété « adaptée » appartenant à un groupe de maturité (GM) type pour la région où se déroulait l’essai, avec traitement de semences;

(2) une variété « adaptée », sans traitement de semences;

(3) une variété « de longue saison » jusqu’à un GM (+200 unités thermiques de croissance) de plus que la variété « adaptée » (pour la région où se déroulait l’essai). La variété « de longue saison » avait reçu un traitement de semences.

Résultats
• Les données de trois ans montrent une augmentation significative de rendement de 275,6 kg/ha, simplement en semant deux semaines plus tôt les variétés « de longue saison ».

• Le soya a quand même été récolté au moment opportun lorsque la variété « de longue saison » a été semée en période « hâtive ». Comparativement à la variété « adaptée » semée durant la période normale, une demi-journée additionnelle a été nécessaire pour que la variété « de longue saison » atteigne la maturité; cependant, il aurait été encore possible de semer du blé d’automne à temps après la récolte de ce soya.

• L’écart de rendement obtenu avec la variété « adaptée » traitée avec un traitement de semences a été significativement différent de celui observé pour la variété « adaptée », mais non traitée. Le traitement de semences a procuré un avantage de rendement de 80,7 kg/ha en moyenne sur la variété « adaptée » non traitée (l’avantage de rendement est une moyenne des résultats obtenus pour les trois périodes de semis et peut varier selon la période de semis).

Pour l’ensemble des trois saisons et des 22 essais réalisés, les niveaux de rendement ont été maintenus quand les variétés de soya ont été semées dans la période « hâtive ». De nombreux sites d’essais ont connu des épisodes de gel entre l’émergence des plantules et le stade de la troisième trifoliée, et un site a été recouvert de neige immédiatement après le semis.

Considérant les résultats de ces essais, il a été conclu que, si les conditions de sol sont propices et que la date du 15 avril est dépassée, les producteurs ne devraient pas hésiter à semer du soya. Toutefois, si vous avez la possibilité de semer dans cette période « hâtive », veillez à choisir une variété « de longue saison » pour la région.

à propos de l'auteur

Articles récents de André Dumont

Commentaires