Est-il trop tard pour semer une prairie?

Afin d'éviter un manque de foin, vous pensez semer une prairie, mais est-il trop tôt ou trop tard?

 

On est déjà rendu quasiment à la mi-août et le stock en fourrage est très variable d’une région à l’autre et même d’une ferme à l’autre. Plusieurs d’entre vous pensent donc à semer une prairie pour diminuer le risque de manquer de foin et pour étaler les travaux. Mais est-il trop tôt ou trop tard?

Articles connexes

Un fait est bien connu, l’ensemencement trop tôt en été augmente le risque de conditions chaudes et sèches pendant la germination, ce qui peut faire échouer les semis étant donné que les graines germent puis meurent de soif pour l’humidité.

Quant à un ensemencement trop tard, il augmente les risques de gel avant que les semis de luzerne (ou de trèfle) ne soient correctement établis. L’ensemencement doit être fait assez tôt pour que la luzerne puisse accumuler suffisamment de réserves de racines pour survivre à l’hiver.

La luzerne a besoin d’environ six semaines de croissance après la germination pour survivre à l’hiver. Elle survivra généralement si une couronne se développe avant un gel meurtrier (-4o C pendant quelques heures).

Bien que les conditions météorologiques et les conditions du sol varient d’une année à l’autre, cela signifie que les dates d’ensemencement d’été recommandées pour une luzernière sont les suivantes :

-Zone de 2900 UTM et plus : du 20 au 30 août.

-Zone 2500 à 2900 UTM : du 10 au 20 août.

-Zone inférieure à 2500 UTM : 1er au 10-12 août.

Toutefois, la plupart des graminées peuvent généralement être ensemencées avec succès de deux à trois semaines plus tard que la luzerne. Une croissance suffisante d’environ deux petites feuilles est souhaitée pour prévenir l’érosion. La faible présence de mauvaises herbes durant cette période, contrairement au printemps, aide grandement à l’implantation d’un beau champ de graminées pour les vaches taries ou encore pour le foin de commerce. Avec un choix d’espèces telles que la fléole, le brome et même l’alpiste roseau, la pérennité est quasiment assurée.

Autre petit sujet fréquemment abordé cette semaine, c’est le signe rougeâtre sur une luzerne qui est aussi très courte (voir photo). Mais est-ce la sécheresse ou une carence? Je pourrais vous dire que l’un ne va pas souvent sans l’autre. En effet, ce symptôme rougeâtre est signe de carence en bore et cela se manifeste principalement en période de sécheresse, et ce, surtout dans les sols qui s’assèchent rapidement. Un manque de bore peut compromettre gravement la croissance de la luzerne et même nuire à sa résistance à l’hiver. Pensez à ajouter 1 à 2 kg/ha de bore avec votre application de potasse après votre fauche. Ne retardez pas votre fauche pour avoir plus de rendement, il est trop tard, votre luzerne ne fait que lutter pour survivre. Allez maintenant faucher, fertiliser et peut-être même semer!

*Texte réalisé en collaboration avec le Conseil québécois des plantes fourragères. Les propos exprimés dans le texte relèvent toutefois de l’auteur et n’engagent pas le CQPF.

à propos de l'auteur

Commentaires