Le prix des engrais en hausse

Même si le prix des grains a diminué depuis les dernières années, les producteurs ont pu se consoler en comptant sur des prix plus faibles du côté des engrais. L’histoire pourrait par contre changer puisque une hausse des prix est observable depuis le début de l’année, ce qui pourrait avoir des implications pour les coûts de production à la ferme.

Les hausses sont observables pour les différentes formes d’engrais sans être uniformes. Selon le prix indiqué par le département américain de l’Agriculture en Illinois, le prix de la potasse a augmenté de 12% depuis le début de l’année alors que celui de l’urée a grimpé de 19%.

Prix des fertilisants, 2019-2017.
Source: Illinois Production Cost Report (USDA AMS).

Même si les prix sont en hausse, ils demeurent sous les nivaux de 2016, comme le démontre le graphique ci-dessous qui illustre les dépenses d’un mélange d’engrais (180-70-70) d’azote liquide, phosphate et potasse. Les prix indiqués sont ceux de 2010 à 2016, ainsi que les prix pour mars 2017. En Illinois, le coût actuel est de 100$US par acre, soit 12$US de moins qu’en 2016 et le plus faible en huit ans. En 2013, le même mélange aurait coûté 163$US par acre. Avec un rendement de 180 boisseau par acre, la réduction de 63$US en fertilisant représente une baisse des coûts de production de 0,35$US par acre.

Prix d’un mélange d’engrais pour le maïs de 2010 à 2017.
Source: Illinois Production Cost Report (USDA AMS)

 

Selon les experts, les prix devraient demeurer dans la marge inférieure, en comparaison avec les autres années. Les dépenses ne devraient donc pas augmenter en flèche en 2017 à cause des engrais.

Marc Bouvry, directeur général chez William Houde, est cependant d’avis que les prix demeurent abordables. « L’azote et la potasse sont aujourd’hui des bargains par rapport aux coûts de production et la valeur de remplacement (…) Les sociétés d’engrais sont des sociétés minières qui gèrent des stocks et qui tentent de faire remonter les prix qui ont diminué dans les dernières années. Pour l’azote, c’est différent puisque c’est une question d’approvisionnement. »

Quoi qu’il en soit, les experts recommandent d’ajuster les doses d’engrais selon les besoins.

 

Source: Purdue University

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires