L’herbe est aussi une culture

Ce n’est pas parce que les fourrages sont cultivés sur des terres marginales qu’ils doivent être marginalisés, affirme une récente étude du Conseil de recherches sur les bovins de boucherie (Beef Cattle Research Council).

PHOTO: CANADIAN CATTLEMEN

Si les céréaliculteurs engraissent régulièrement leurs cultures pour obtenir des rendements et des profits plus élevés, pourquoi les producteurs de fourrages ne font-ils pas de même pour leurs pâturages? Cette question est au cœur d’une récente étude du Conseil de recherches sur les bovins de boucherie visant à améliorer les rendements des fourrages au Canada.

L’étude note que si les cultures annuelles ont connu des hausses de rendement significatives au cours des 60 dernières années, les rendements de foin au Canada n’ont guère varié. Cela place le secteur canadien du vache-veau dans un désavantage concurrentiel parce que le coût des fourrages par tonne est plus élevé ici que dans d’autres pays.

«À long terme, l’amélioration de la productivité des fourrages est cruciale pour la compétitivité future de l’industrie du bétail», explique l’étude. Une raison majeure de cette faible productivité est la carence en nutriments des sols dans les pâturages et les prairies.

Vous penseriez que la solution au problème serait facile? Fertiliser les terres de foin augmente les rendements fourragers. Les rendements plus élevés signifient plus d’animaux par surperficie, une performance animale améliorée et un coût inférieur par unité de production, ce qui se traduit par une réduction des coûts d’alimentation hivernale par vache.

Malheureusement, ce n’est pas si simple. L’étude reconnaît qu’il existe des raisons pour lesquelles les producteurs ont tendance à ne pas fertiliser les fourrages de la même façon qu’ils font pour le blé et le canola.

La mentalité de marginaliser la terre

Une des raisons est l’économie. Comme l’explique le directeur scientifique du Conseil de recherches sur les bovins de boucherie, Reynold Bergen, les agriculteurs ont tendance à investir massivement dans des cultures commerciales annuelles de grande valeur. Cela implique d’acheter ou de louer plus de terres pour ces cultures. Cela augmente la concurrence pour la terre, augmente les prix des terres et pousse la production fourragère vers des terres marginales qui ne peuvent pas produire des cultures de grande valeur. En conséquence, les terres fourragères ont des attentes inférieures, avec moins d’investissements comme les engrais.

Cela est contre-productif, car une baisse de la fertilité signifie inévitablement des rendements plus faibles. Et les rendements fourragers faibles sont la raison la plus courante pour arrêter, dit Reynold Bergen.

« Si vous prévoyez obtenir des rendements d’une culture, vous n’avez pas besoin d’avoir davantage de précipitations ou d’irrigation, dit Reynold Bergen. Vous devez l’alimenter. Elle a besoin de nutriments. Si vous continuez à éliminer ces nutriments sans les remplacer, vous allez épuiser les plantes. Et c’est pourquoi les rendements diminuent. Donc, les plantes se perdent après seulement quelques années. »

Actuellement, l’application d’engrais aux cultures fourragères au Canada est minime. L’étude de la CRCB estime que seulement 25% des pâturages améliorés et des terres en foin sont fertilisés. Juste 15% des champs de luzerne reçoivent des engrais. Compte tenu de la combinaison de faible apport en nutriments et de l’absorption élevée de nutriments par la culture, il n’est guère surprenant que les peuplements de fourrages dans les régions à haute humidité de l’Ouest canadien ne soient maintenus que pendant trois à cinq ans. Dans les régions semi-arides, la durée de vie moyenne d’un culture fourragère est de six à neuf ans.

D’autres raisons pour lesquelles les agriculteurs ne fertilisent pas les pâturages comprennent les prix élevés des engrais et les mauvaises marges financières (jusqu’à récemment) dans l’industrie du bétail. L’humidité est un autre facteur limitant. L’engrais ajouté aux fourrages est appliqué en surface, non incorporé (comme pour les cultures annuelles). Cela peut entraîner une perte de nutriments par la volatilisation (évaporation de N) dans des conditions sèches, ou le ruissellement dans les années humides, ce qui crée des préoccupations environnementales.

Considérations relatives aux engrais

Cela dit, les engrais peuvent produire des résultats. L’étude cite un projet de 10 ans au Manitoba qui a montré que l’ajout d’engrais augmentait la productivité des pâturages lorsqu’ils étaient appliqués selon les recommandations suite au test de sol. L’inconvénient était que les rendements cibles n’étaient souvent pas atteints en raison de l’humidité.

Le type de sol peut également influencer l’efficacité de la fertilisation. L’étude souligne que le sol limoneux sableux (le genre de sol marginal où les fourrages sont souvent cultivés) a une faible capacité d’eau, ce qui limite l’humidité disponible pour la plante. Cela réduit la croissance des plantes, la qualité des fourrages, le nombre d’animaux par surface et les taux de gain chez les animaux. En conséquence, il peut y avoir un avantage limité à fertiliser et moins d’incitatifs à le faire.

Même si vous fertilisez les fourrages pour augmenter les rendements, vous avez besoin de bonnes raisons économiques pour le faire. Reynold Bergen souligne que les rendements supérieurs ne se traduisent pas nécessairement par des coûts plus faibles ou par des bénéfices accrus. La rentabilité des cultures fourragères fertilisées dépend du coût de l’engrais et du prix du foin.

« Vous pouvez doubler votre rendement et augmenter votre capacité de charge dans le nombre de balles, dit Reynold Bergen. Mais si cela vous coûte 500 $ pour doubler ce rendement et que le rendement doublé ne vaut que 250 $, ça n’a tout simplement pas de sens. »

Pour cette raison, il est important de connaître le coût unitaire de production pour le foin (par exemple, $/tonne) pour déterminer quel est le choix le plus économique: fertiliser le foin ou simplement l’acheter?

Tenir l’engrais à la maison

L’astuce consiste à obtenir des nutriments sur les terres fourragères de manière rentable pour améliorer la productivité du fourrage, à l’exception de l’ajout d’engrais chimique ou de fumier composté. Reynold Bergen énumère plusieurs options pour y parvenir.

Une option est d’utiliser des systèmes d’alimentation hivernale dans le domaine tels que le pâturage de balles (bale grazing). Reynold Bergen affirme que le pâturage de balles tue deux oiseaux d’une pierre. Tout d’abord, lorsque les bovins paissent les balles pendant l’hiver, ils déposent de l’engrais sur le terrain sous forme de fumier. Deuxièmement, le foin des balles qui n’a pas été mangé reste au sol et fournit un autre nutriment au sol. Ensemble, ces pratiques finissent par laisser plus de nutriments sur le terrain qu’avant leur mise en place, améliorant ainsi la fertilité du sol. Un avantage supplémentaire est que le pâturage de balles réduit les coûts d’alimentation hivernale car les producteurs ne transportent pas toujours les aliments pour animaux.

Une autre option consiste à semer, dans un champ, les légumineuses (généralement la luzerne) en mélange avec des graminées. L’étude note que la luzerne proprement inoculée corrige l’azote de l’atmosphère. En conséquence, l’azote supplémentaire n’est pas nécessaire pour augmenter le rendement en matière sèche et la teneur en protéines. De cette façon, l’ajout de luzerne au mélange augmente la productivité sans coût supplémentaire d’engrais. Cela réduit également le risque de gonflement car les animaux ne paissent pas directement la luzerne.

La pratique semble devenir populaire. On estime que la superficie de la luzerne et des mélanges de luzerne en pourcentage de la production totale de foin domestique est passée de 44% en 1971 à 66% en 2011.

Reynold Bergen reconnaît qu’il est difficile de mesurer jusqu’à quel point il y a une amélioration des pratiques d’amélioration de la fertilité du sol. Mais BCRC offre des webinaires sur le sujet et commence à mener des enquêtes de suivi avec les participants pour mesurer l’adoption de ses recommandations.

Plus d’informations sont disponibles sur le site Web de BCRC à www.beefresearch.ca

Cet article de Ron Friesen, tiré du site Web de Canadian Cattlemen, a été publié dans 2017 Forage & Grassland Guide (Guide Fourrages et Pâturages 2017). 

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires