À la ferme Clerval, on a agrandi à moindre coût

Avec les allocations récentes de quota laitier, il n’y a pas que les projets d’étables neuves qui permettent aux producteurs de produire le précieux liquide blanc. Parfois, réaménager son étable actuelle s’avère très satisfaisant. Et surtout, cette façon de faire est économique.

La ferme Clerval de Saint-Zéphirin-de-Clerval a déjà compté aussi peu que 22 vaches à la traite. C’était en 1992. C’était cependant un creu historique. Lors de la construction de l’étable, en 1995, la ferme comptait 35 vaches en lactation pour environ 30 kg/jour de quota. Les propriétaires de la ferme, Hélène Côté et François Leclerc, avaient alors vu grand en voulant loger tous leurs animaux dans le même bâtiment et permettre l’augmentation future de quota. L’étable avait 48 places pour les vaches. Jusqu’au début des années 2010, elle logeait tout le troupeau. C’était avant que leurs fils Étienne et Sébastien démontrent de l’intérêt pour la ferme et que les allocations de quotas arrivent.

Peu à peu, dans l’étable, les espaces pour génisses, pour vaches taries, pour vaches en préparation au vêlage et pour jeunes génisses ont disparues pour loger de plus en plus de vaches. Sur un autre site, une ancienne étable loge les sujets de remplacement et les vaches taries. Les vaches en préparation au vêlage sont relogées dans une nouvelle section de l’étable principale. Un agrandissement permettra cet automne de loger les jeunes génisses et les vaches taries.

L’entreprise se distingue par les performances laitières élevées, des choix réfléchis et planifiés, l’autoconstruction et la réutilisation de matériaux disponible.

Dans cette vidéo, François Leclerc décrit les modifications qui ont été apportées et celles qui sont à venir:

Les photos suivantes vous donnent une vue d’ensemble de la ferme.

à propos de l'auteur

Commentaires