Colostrum, aliment essentiel du jeune veau

Une récente étude effectuée sur la ferme de recherche de Grober, en Ontario, démontre encore une fois toute l’importance de fournir au jeune veau du colostrum de qualité peu de temps après sa naissance.

Chaque fois que le Grober Young Animal Development Center, situé à Woodstock en Ontario, reçoit des veaux, un test sanguin est effectué pour connaître la teneur en protéine totale. La protéine totale est un indicateur important du programme de colostrum. On évalue ainsi le taux d’immunoglobulines ou anticorps. Des valeurs élevées indiquent que le veau a reçu assez de colostrum dans un temps opportun, pour l’aider à bâtir un bon système immunitaire. Depuis deux ans, plus de 300 veaux ont été admis à ce centre de recherche privé.

La comparaison des résultats avec le poids des veaux a permis de démontrer une meilleure croissance chez les veaux ayant un taux de protéine totale supérieure à 5,5 mg/dl. Cette croissance s’est poursuivie après que le système immunitaire du jeune veau est devenu actif, avec une différence de 2,2 kg (4,8 lb) à 10 semaines d’âge.

Le taux de survie des veaux est également en cause. Les veaux ayant des taux sanguins de plus de 6,5 mg/dl connaissent moins d’incidence de maladie. De plus, 64% des veaux décédés avant le sevrage avait un taux de protéines totales inférieur à 5,5 mg/dl et que 79% des veaux décédés étaient en dessous de 6,5 mg/dl.

Bien que le seuil de 5,5 mg/dl soit un minimum, les résultats de l’étude démontrent qu’un seuil de 6,5 mg/dl soit préférable.

Pour bien réussir, Grober recommande de s’assurer d’une bonne propreté de l’environnement, de servir le premier repas de colostrum rapidement (dans les six heures suivant la naissance), d’offrir un colostrum de qualité et au besoin, servir un colostrum de remplacement. Évidemment, Grober offre un produit de ce type, le Calf Choice Total.

Pour lire l’article original, cliquez ici.

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires