Des exportations de porcs vues en hausse

Les perspectives sont bonnes pour le Canada mais les éléments d'incertitudes sont grands en 2020

Les conséquences de la peste porcine africaine en Chine marqueront le marché international de la viande de porc en 2020, indique les analystes du MAPAQ. La propagation de cette maladie dans d’autres importants pays producteurs et consommateurs de l’Asie aura aussi des répercussions sur le commerce, mais moins importante. À moins d’imprévu, la croissance de la demande d’importation mondiale devrait profiter aux principaux pays exportateurs, ce qui inclut le Canada et le Québec.

Selon les plus récentes estimations du département américain de l’agriculture (USDA), la production porcine en Chine a baissé de 14 % en 2019 en raison de la peste porcine africaine et elle diminuera encore de 23 % en 2020. Vu l’importance de la Chine à titre de premier pays producteur de porc, il ne sera pas possible de combler la différence puisque le reste du monde devrait produire 30% plus de porc.

L’USDA prévoient que le volume du commerce international de viande porcine augmentera de 10 % en 2020,  10 millions de tonnes, surtout en raison d’une demande accrue de la Chine. En deux ans, soit de 2018 à 2020, les importations chinoises de viande porcine auront plus que doublé quant au volume et, selon l’USDA, elles représenteront près de 40 % de la demande d’importation mondiale.

La hausse de la demande d’importation devrait, sauf imprévu, profiter aux principaux exportateurs de viande porcine qui sont, dans l’ordre, l’Union européenne, les États-Unis, le Canada et le Brésil.

À la suite de la réouverture du marché chinois aux importations de viande porcine canadienne, les analystes de l’USDA ont revu à la hausse, en janvier dernier, leurs prévisions des exportations canadiennes en 2020. Ces dernières pourraient afficher une croissance de volume de 5 % cette année.

Ces perspectives demeurent toutefois exposées à de nombreux risques:

  • l’évolution de la peste porcine africaine dans les pays producteurs
  • le risque d’un embargo commercial à l’égard des importations provenant de régions touchées par cette maladie,
  • les retombées de l’épidémie de coronavirus
  • l’apparition de nouvelles disputes commerciales d’ampleur internationale.

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Le Bulletin des agriculteurs

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Articles récents de Le Bulletin des agriculteurs

Commentaires