duBreton transforme des bâtons électriques en oeuvre d’art

Pour marquer son engagement envers le bien-être animal des animaux et l’interdiction d’utiliser des bâtons électriques pour manipuler les animaux dans les fermes, à l’abattoir et même dans le transport, duBreton a commandé une oeuvre d’art sur son abattoir de porc de Rivière-du-Loup. Cette oeuvre a ceci de particulier: elle est constitué de bâtons électriques.

L’oeuvre a été conçue par l’artiste Émilie Rondeau, du Bas-Saint-Laurent. Les bâtons électriques proviennent du restant d’inventaire de la quincaillerie de l’entreprise familiale Breton Tradition 1944 à Saint-Bernard, en Beauce. Ils sont agencés pour représenter une constellation qui symbolise le changement et l’évolution vers de hautes normes de bien-être animal. Le reste de l’oeuvre représente l’environnement de l’animal. Le doré rappelle la paille épandue sur le plancher de l’élevage intérieur et le vert représente les pâturages. Un carré miroitant, qui permet de refléter le ciel, devient une fenêtre sur le monde. Un porc est placé au centre de l’oeuvre puisqu’il est le centre de la mission et des opérations de duBreton.

Depuis 2003, Les Viandes du Breton mettent en marché une viande de porc portant la mention Certified Humane Raised and Handled. En 2015, l’entreprise s’engageait à produire 300 000 porcs sans cages supplémentaires avant la fin de 2018. À ce jour, ce nombre est de plus de 165 000. Des projets de construction et de conversion de fermes aux normes biologiques et Certified Humane sont en chantier.

La vidéo suivante a été produite pour expliquer l’oeuvre d’art d’Émilie Rondeau.

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires