Le Canada et les États-Unis s’entendent sur l’application de zones en cas de peste porcine africaine

Afin de sécuriser les échanges commerciaux

Pour assurer la continuité des activités, le Canada et les États-Unis ont convenu d’assurer la poursuite des échanges en cas de déclaration de la peste porcine africaine dans l’un ou l’autre des deux pays. Cela implique la continuité du commerce dans les zones exemptes de maladie.

L’annonce a été effectuée par voie de communiqué le 22 mai dernier par le vétérinaire en chef du Canada, Jaspinder Komal, en collaboration avec le vétérinaire en chef des États-Unis, Jack Shere.

Articles connexes

Dans la pratique, cette annonce permettra aux deux pays de continuer le commerce des produits suivants si un cas de peste porcine africaine survenait au Canada ou au États-Unis :

– porcs vivants;
– sperme de porc;
– aliments pour animaux familiers;
– sous-produits animaux.
– viande.

Le zonage est un outil reconnu à l’échelle internationale et établies selon les directives de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) pour permettre de continuer le commerce international. Lorsqu’un cas de peste porcine africaine est détecté, des limites géographies sont définies pour contenir l’épidémie. Les zones à l’extérieur de cette zone sont exemptes de maladie.

« Cet accord de zonage a été établi poour protéger l’industrie canadienne et américaine », dit le communiqué. Au Canada, l’industrie du porc génère plus de 100 000 emplois et près de 24 milliards de dollars, en incluant les exploitations agricoles les intrants, la transformation et les exportations de porcs.

Le Canada est le troisième plus grand exportateur de porc en valeur et volume et représente environ 20% du commerce mondial du porc. En 2017, 1,2 mllion de tonnes de porc canadien évaluées à 4 milliards de dollars ont été exportées vers plus de 100 pays.

Pour lire le communiqué, cliquer ici.

 

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires