Maîtriser le taux de gras du lait

vachesEn plus d’avoir un impact financier important sur la paie de lait, la baisse du taux de gras du lait peut dissimuler d’éventuels problèmes de santé pour le troupeau. Il est pourtant possible de mieux contrôler cette composante du lait des vaches par l’alimentation.

La baisse du gras du lait est occasionnée par un changement alimentaire qui affecte la fermentation du rumen. Les graisses dans les aliments des vaches sont modifiées dans le rumen et produisent des composés bioactifs que l’on appelle acides linoléiques conjugués (ALC). Les vaches produisent une vingtaine d’ALC différents. De ce lot, trois occasionnent la baisse du taux de gras du lait en se rendant directement à la glande mammaire par le sang pour inhiber la synthèse du gras du lait.

Six facteurs nutritionnels qui ont un impact significatif sur la production de ces trois ALC.

1. Le gras dans la ration
Trop de gras dans la ration perturbe la fermentation dans le rumen et réduit la consommation et le taux de gras du lait. Les gras commerciaux qui contournent le rumen affectent peu la fermentation de celui-ci et le taux de gras du lait. Par contre, il faut garder à l’œil les quantités de gras insaturé fournies par la ration et provenant des fourrages, sous-produits végétaux et graines oléagineuses.

2. Trop de grains
Une quantité excessive de grains occasionne une fermentation rapide, l’accumulation d’acides, la baisse du pH et l’acidose du rumen. Une chute du taux de matière grasse du lait est également à prévoir. La vitesse de dégradation de l’amidon dans la ration est également un facteur important à vérifier de près pour éviter ces problèmes. Ainsi, le maïs-grain humide est un aliment qui peut induire une chute du gras du lait, si la quantité est excessive et la mouture trop fine.

3. Le niveau de fourrage dans la ration
La ration doit contenir une quantité adéquate de fibre efficace provenant des fourrages. C’est un excellent moyen pour prévenir les risques de production d’ALC inhibiteurs de la synthèse du gras du lait.

4. L’amidon de l’ensilage de maïs
En plus de contenir une quantité variable d’acides gras (1,5 % à 3,5 %), l’ensilage de maïs entreposé depuis plusieurs mois peut contenir une quantité importante d’amidon rapidement fermentescible. Il faut donc tenir compte de ce gras et de cet amidon dans la ration des vaches pour éviter les problèmes.

5. Les levures et moisissures dans les ensilages
Des ensilages qui n’ont pas bien fermenté ou qui sont entreposés et prélevés de façon inadéquate peuvent contenir une quantité importante de levures et de moisissures. Ces organismes présents dans les mauvais ensilages affectent la fermentation du rumen et favorisent la baisse du gras du lait. Ils peuvent également affecter la consommation, la production et la santé des vaches.

6. La gestion de la mangeoire
Le manque d’espace à la mangeoire, une densité d’animaux trop importante, une ration totale qui n’est pas bien mélangée ou dont les particules longues sont trop importantes sont des facteurs à considérer. Ils peuvent occasionner le tri de la ration et une consommation rapide de particules fines d’amidon de la RTM et prédisposer les vaches à une chute du gras du lait.

Un de ces facteurs ou leur combinaison peut entraîner l’accumulation des ALC dans le rumen, et ainsi, nuire à la synthèse de la matière grasse du lait. À vous d’y voir !

Source: Hoard’s Dairyman

Article d’Alain Fournier

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Le Bulletin des agriculteurs

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Articles récents de Le Bulletin des agriculteurs

Commentaires