Ouverture d’un premier centre privé de collecte de taureaux de l’Est du Canada

Les producteurs bovins élite seront invités à y amener leurs meilleurs taureaux

Dès la fin février 2019, un tout nouveau centre privé de collecte de semence, DMV GenetiQ Services, accueillera des taureaux d’éleveurs qui souhaitent commercialiser eux-mêmes la semence de leurs taureaux. C’est un nouveau service pour l’Est du Canada.

En entrevue, le médecin vétérinaire Jonathan Lehouiller de la Clinique vétérinaire du Centre-du-Québec explique qu’« il n’y a rien de tel dans l’Est du Canada ». Jusqu’à ce jour, les producteurs qui souhaitent commercialiser eux-mêmes la semence de leur taureaux doivent envoyer leurs animaux aux États-Unis (New-York, Ohio, Wisconsin) ou en Alberta.

Articles connexes

taureaux agressifs

Les travaux vont bon train et seront complétés pour la porte-ouverte qui aura lieu le 16 février 2019 (13h à 16h) sur le site choisi, soit au 162, route 122 à Saint-Germain-de-Grantham.

Les promoteurs du projet sont la Clinique vétérinaire Centre-du-Québec et la ferme Drumdale, qui a fourni le terrain sur lequel le centre est bâti.

Les premiers taureaux entreront fin février ou début mars. Déjà, un taureau de la région de Toronto est attendu. Le centre prévoit recevoir des taureaux principalement du Québec, de l’Ontario et des Maritimes.

Fonctionnement

Le taureau et les doses de semences restent toujours la propriété de l’éleveur. L’éleveur amène son taureau au centre, paie pour la pension, les tests de santé et la collecte. L’éleveur se charge ensuite de la commercialisation.

Actuellement dans les centres de Semex Canada, dont le Centre d’insémination artificielle du Québec, les taureaux et les doses de semences appartiennent à Semex. « Actuellement, il y a quatre ou cinq grosses compagnies qui essaient de contrôler la génétique à eux seuls, explique Jonathan Lehouiller. C’est le centre qui va faire le profit. Ce qu’on fait, c’est qu’on redonne le plein pouvoir de la génétique à l’éleveur. »

La construction a débuté en septembre dernier et le coût s’élève à 750 000$. Il y aura 18 enclos pour les taureaux.

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires