Ligne de temps

Partage du dossier de santé du troupeau laitier

L'agronome Annick Desjardins et le vétérinaire Vincent Caldwell. Photo: Marie-Josée Parent

L’agronome Annick Desjardins et le vétérinaire Vincent Caldwell.
Photo: Marie-Josée Parent

Conseillers en Estrie, le vétérinaire Vincent Caldwell de la Clinique vétérinaire de Coaticook, et l’agronome Annick Desjardins de Valacta se croisaient à l’occasion chez des clients producteurs laitiers qu’ils avaient en commun. Lors de ces rencontres fortuites, Vincent Caldwell échangeait avec l’agronome. Au fil des années, il réalisait que les informations transmises étaient précieuses et pouvaient lui permettre d’aider davantage ses clients dans la prévention des maladies. Un jour, il en a eu assez et il souhaitait un partage formel de l’information avec l’agronome.

Dans son rôle d’agronome, Annick Desjardins conseille les producteurs laitiers en alimentation des vaches laitières. De nombreux problèmes de santé sont en lien avec l’alimentation, comme l’acétonémie, une maladie métabolique chez les fortes productrices en début de lactation. Les informations sur l’état de santé du troupeau l’aident à apporter les bonnes recommandations en alimentation. Il a donc été facile pour Vincent Caldwell de convaincre Annick Desjardins de démarrer un projet pilote.

Les frères Olivier et Nicolas Jaquet de la Ferme Jaquet, à Martinville, en Estrie, sont parmi les clients que Vincent Caldwell et Annick Desjardins servent depuis plusieurs années. Tout naturellement, la Ferme Jaquet a accepté de faire partie des six troupeaux participants au projet pilote, impliquant quatre vétérinaires de la Clinique vétérinaire de Coaticook et Annick Desjardins.

Projet d’un an

L’entente entre Valacta et cette clinique vétérinaire prévoit une première phase d’un an au cours de laquelle l’agronome de Valacta travaille une demi-journée par mois à la clinique. Le logiciel DSA a été installé sur le poste de travail mis à sa disposition. Elle a donc accès au dossier de santé du client. Elle en profite pour rencontrer les vétérinaires impliqués dans le projet pilote.

Une fois par deux mois, l’agronome et le vétérinaire de la ferme passent en revue l’alimentation et l’état de santé de chaque troupeau laitier du projet pilote. Pendant cette rencontre d’une heure, chacun doit apporter les documents nécessaires pour l’analyse de la situation. Annick Desjardins a en main les analyses d’aliments et les nouvelles rations. De son côté, le vétérinaire apporte les statistiques et les événements récents de santé et de reproduction. « Annick a vu des choses que je n’ai pas vues et l’inverse est vrai aussi », explique Vincent Caldwell. Un plan d’action est élaboré par les deux conseillers. Ils misent sur quelques points précis à travailler. Puis, ils appliquent le plan d’action chacun de leur côté lors des rencontres avec leurs clients.

Pour Nicolas Jaquet, l’avantage de la nouvelle procédure est là. « Ils parlent le même langage », dit-il. Après quelques mois, les effets se font déjà sentir. « On s’est rendu compte que les indicateurs de régie sont meilleurs », explique Annick Desjardins. Les mesures de lait, de gras et le comptage de cellules somatiques sont meilleurs. Toutefois, la Ferme Jaquet offrait déjà de très bonnes performances. Les augmentations sont donc petites, mais réelles. « Les chances de régler des problèmes à long terme et rapidement sont plus élevées », précise Annick Desjardins.

Vous pouvez lire l’article Dossier de santé partagé au complet dans Le Bulletin des agriculteurs du mois d’avril 2014.

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires