Soirées techniques bilingues : français et espagnol

Les Soirées Techni Porc s’adaptent à la réalité des travailleurs étrangers

Dans les maternités porcines, les travailleurs étrangers représentent entre 15 et 20% de la main d’œuvre. C’est dans ce contexte que les organisateurs des Soirées Techni Porc 2020 ont décidé d’adapter leurs soirées de formation technique à cette nouvelle réalité.

« On veut lancer le message que si c’est ça le futur de notre production, il faut en prendre soin et bien les intégrer », explique le vétérinaire Camille Moore, organisateur et animateur.

Les Soirées Techni Porc sont conçues pour les travailleurs de ferme, producteurs ou employés.

Articles connexes

Une conférence sera offerte en espagnol et toutes les diapositives seront à la fois en français et en espagnol.  La conférence en espagnol traitera des soins apportés aux porcelets. Deux conférences aborderont sur les technologies sur les fermes, une autre sera sur la réduction de l’usage des antibiotiques un an après la nouvelle loi et une dernière présentera une réalité d’une ferme ayant des travailleurs étrangers chez elle. Une personne pouvant donner des explications en espagnol sera aussi présente durant toute la soirée, en plus Camille Moore à l’animation en français.

La même série de conférences sera reprise deux fois, le 11 février à Sainte-Marie, en Beauce, et le 12 février à Saint-Hyacinthe, en Montérégie. Les soirées sont organisées par le CIPQ, PIC, l’Université Laval et l’Université de Montréal. Les personnes désireuses d’y participer peuvent contacter leur représentant du CIPQ ou de PIC.

Camille Moore avoue que le comité organisateur prend un risque, mais que c’est un risque bien calculé. Il cite l’exemple de l’entreprise Bonduelle qui emploie 75 travailleurs étrangers à Saint-Césaire. L’entreprise a fait tout un travail d’intégration des employés en leur fournissant notamment des bicyclettes et des casques de vélo.

« Il faut en prendre soin, dit Camille Moore. C’est certain qu’ils viennent ici pour gagner de l’argent, mais il faut qu’ils aient le goût de revenir. »

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires