Stabulation libre: la mentalité a changé chez les producteurs laitiers biologiques

Ils sont prêts pour la stabulation libre

En moins de 10 ans, c’est la deuxième fois que les producteurs laitiers biologiques devront s’adapter en permettant toujours plus d’exercice aux vaches et chaque fois, les producteurs disent : « On y va! »

L’expert en production laitière pour Valacta, François Labelle, est épaté par l’attitude des producteurs. « Ce que je trouve assez formidable, c’est le changement de mentalité en peu de temps », dit-il en entrevue.

Dès 2015, les producteurs laitiers biologiques devaient permettre aux vaches de marcher sur une base régulière. « Ça faisait déjà quelques années qu’on en parlait et les producteurs avaient embarqué », raconte François Labelle.

Articles connexes

transport d'animaux (porcs)

À l’époque, Valacta avait produit un guide intitulé Solutions pratiques pour offrir de l’exercice aux bovins laitiers durant l’hiver, car c’est en hiver que ça devenait problématique. En effet, les vaches en régie biologique vont au pâturage l’été. Le guide proposait neuf moyens d’offrir de l’exercice aux vaches durant la saison froide.

Un article avait même été publié dans Le Bulletin des agriculteurs en juillet-août 2014 intitulé Ils font marcher les vaches, présentant quatre producteurs qui avaient opté pour des solutions différentes afin de remplir cette nouvelle exigence. Un encadré relevait les bienfaits de la marche pour les vaches.

François Labelle fait partie du comité qui révise les normes biologiques canadiennes. Il explique qu’il s’agit d’un long processus et qu’il n’est pas terminé. Il précise que certaines personnes se demandent s’il n’y aura pas des exceptions pour certains producteurs, mais pour la très grande majorité, ils sont prêts pour la stabulation libre. « Partout à travers le monde, en bio, c’est interdit la stabulation entravée, sauf les États-Unis et quelques exceptions dans certains pays », dit-il.

En biologique au Québec, plus de 50% des producteurs laitiers sont en stabulation libre, contre moins de 20% pour l’ensemble des producteurs laitiers québécois. L’actuel Code de pratiques pour le soin et la manipulation des bovins laitiers qui date de 2009 ne fait aucunement mention d’exercice ou de stabulation libre. Il sera révisé dès cette année, un processus qui prendra quelques années. Il est trop tôt pour dire s’il y aura des changements au niveau de l’exercice.

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires