Une production porcine de plus en plus spécialisée

porcs

Photo: Marie-Josée Parent
photo: Marie-Josée Parent

En 90 ans, les fermes porcines sont passés de fermes diversifiées à fermes spécialisées qui produisent de plus en plus de porcs. Voici quelques faits saillants sur cette évolution tel que décrit dans le document Un coup d’œil sur l’agriculture canadienne produit par Yan Brisson de Statistiques Canada.

En 1921, le Canada comptait 8,1 fermes pour chaque tranche de 100 habitants. Il est passé à 0,6 ferme pour 100 habitants. Les exploitations sont devenues plus intensives et plus spécialisées.

Capture d’écran 2014-08-11 à 16.33.02Dans le secteur porcin, le cheptel canadien est passé de 3 324 291 à 12 679 104 têtes, et le nombre de fermes ayant déclaré des porcs a chuté de 452 935 à 7 371.

1921 à 1960

Les fermes se transforment, mais le cheptel demeure relativement stable.

Années 1960

Début de l’essor du secteur porcin avec l’apparition de plusieurs abattoirs et charcuteries.

1970 à 1990

Première période d’adversité du secteur porcin au début des années 1970, suivie de 1976 à 1981 par une expansion marquée du secteur. Cependant, divers facteurs économiques, tels les taux d’intérêt élevés et la crise financière asiatique ralentissent la cadence jusqu’au milieu des années 1990.

1996 à aujourd’hui

Une ère de prospérité voit le jour de 1996 à 2006, stimulée par le nouvel accord de libre-échange. Le cheptel canadien atteint un sommet de 15 043 132 têtes. Cette période a cependant été marquée par une chute importante des prix en 1998 et une baisse du nombre de fermes porcines.

Entre 2006 et 2011, le nombre d’expoitations a chuté de 35,9% et le cheptel a baissé de 15,7%. Les provinces les plus affectées par cette réduction sont le Manitoba, l’Alberta et la Saskatchewan. Les plus petites fermes sont également les plus affectées par cette restructuration. Les grandes fermes deviennent de plus en plus spécialisées.

À l’international

En 2011, avec des recettes monétaires de 3,9 milliards de dollars, l’industrie porcine était la quatrième en importance au pays derrière le canola, les produits laitiers et les bovins.

Cette même année, plus d’un million de tonnes de viande de porc d’une valeur de 2,9 milliards de dollars ont été exportées dans plus de 80 pays, principalement aux États-Unis, au Japon, en Russie, en Chine et en Corée du Sud. Pas surprenant que l’embargo décrété cet été par la Russie fait maln à l’industrie porcine canadienne.

Ferme porcine canadienne type en 2011
Ventes : 160 918$
Superficie : 99 acres (40 ha) en foin et grandes cultures
Exploitant : homme de 50 ans résidant sur la ferme, travaillant 40 heures par semaine.

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires