Prévenir le pire

Des graines germées biologiques contaminées à la bactérie E.coli O104 :H4 ont mené au décès de 40 personnes en Europe l’été dernier. Une série de ratés de la part notamment des autorités sanitaires de la ville d’Hambourg, en Allemagne, a eu des conséquences désastreuses sur la santé publique et sur l’industrie maraîchère.

Avant que les graines germées soient connues comme étant la source des intoxications, des concombres espagnols ont été montrés du doigt. En quelques heures, le secteur des légumes de l’Espagne en a ressenti les conséquences. La population a évité salades, concombres, tomates pendant plusieurs jours. Résultat : 6000 tonnes de concombres, plus de 3 500 tonnes de tomates et 1 300 hectares de laitues ont été détruits, occasionnant des pertes économiques de près d’un demi-milliard d’euros (653,5 M$).

La source des graines germées contaminées est une exploitation allemande certifiée biologique. Il s’agit d’une exploitation d’envergure. Plusieurs analyses effectuées sur place se sont révélées négatives. Les pratiques de l’entreprise ne sont pas en cause. Les intoxications ont été vraisemblablement causées par l’introduction de graines déjà contaminées avant germination. Mais plusieurs questions demeurent encore sans réponse.

Gil Rivière-Wekstein, le fondateur d’Amos agriculture et environnement, un cabinet d’études conseils, reviendra sur cet épisode le 9 février prochain à Boucherville. Il prononcera une conférence dans le cadre de la Semaine horticole organisée par le Conseil québécois de l’horticulture. Tout un volet sur la salubrité des aliments à la ferme est aussi au programme de cette journée.

Source : Agriculture et environnement

à propos de l'auteur

Journaliste et rédactrice en chef adjointe

Marie-Claude Poulin est journaliste et rédactrice en chef adjointe au Bulletin des agriculteurs.

Marie-Claude Poulin's recent articles

Commentaires