2017 dans l’ombre de Donald Trump

Le Fonds monétaire internationale (FMI) avait une bonne nouvelle pour le Canada lors de l’annonce de ses prévisions économiques. L’organisme a prévu une croissance plus forte pour 2017 et en 2018. Le pays a enregistré une croissance de 1,3% en 2016, en plus de connaitre une récession technique avec deux trimestres négatifs consécutifs. L’année 2017 devrait se clore avec une croissance de 1,9% et celle de 2018 avec une hausse de 2% du PIB.

Le FMI a d’ailleurs signalé que l’arrivée à la présidence américaine de Donald Trump apportait son lot d’incertitudes. Le président s’est prononcé sur plusieurs sujets économiques en disant vouloir relancer le secteur manufacturier américain. Les impacts sont par contre difficiles à mesurer tant que des politiques plus concrètes ne seront pas adoptées.

Les prévisions de croissance du Mexique ont déjà pâti de ce contexte. Afin de refléter les incertitudes de la politique commerciale américaine, e PIB a été réduit de 0,6% en 2017 pour se situer à 1,7% et à 2% en 2018. Aucune conséquence économique pour le Canada n’a été mentionnée par le FMI.

Le Canada figurerait en 2e place du G7 pour la croissance économique en 2017, derrière les États-Unis. Le PIB américain a été revu à la hausse pour la présente année. L’organisme a tenu compte des promesses électorales visant à réinvestir massivement dans les infrastructures tout en réduisant les impôts.

L’économie mondiale devrait progresser de 3,4% cette année, contre 3,6% en 2018 et 3,1% en 2016. La croissance l’an dernier a été la plus faible depuis la crise financière de 2008. Le FMI prévient que le contexte demeure volatile. Il cite différents éléments dont l’antipathie des populations face au commerce international et la montée du protectionnisme, les niveaux élevés de dettes publiques et privées, les pressions déflationnistes dans plusieurs pays riches et les conséquences du Brexit.

 

Source: Presse Canadienne et Le Monde

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires