5,2 milliards de $ au cours des six prochaines années pour l’agriculture

Spencerville (Ontario), 20 juin 2002 – Le premier ministre Jean Chrétien et le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, M. Lyle Vanclief, ont annoncé un plan visant à renforcer le secteur agricole canadien afin de faire de ce secteur le chef de file mondial en matière de salubrité et de qualité des aliments, de production respectueuse de l’environnement et d’innovation.

« Notre gouvernement s’engage à faire passer l’agriculture au-delà de la gestion de crise afin que le secteur devienne plus rentable et plus prospère au XXIe siècle, a déclaré le premier ministre. Nous concrétisons aujourd’hui les engagements que nous avions pris dans le discours du Trône, soit de mettre de l’avant une orientation stratégique pour le secteur et lui accorder les fonds nécessaires. Cette nouvelle orientation mènera à une plus grande diversification et valeur ajoutée, de nouveaux investissements et des emplois, une meilleure utilisation des terres et des normes plus élevées en matière de protection de l’environnement et de salubrité des aliments. »

« Grâce à cette nouvelle orientation, nous pourrons continuer à bâtir un secteur agricole prospère. »

C’est à cette fin que le gouvernement du Canada réalisera de nouveaux investissements de 5,2 milliards de dollars dans ce secteur au cours des six prochaines années.

Avec la pleine participation des provinces, le montant total du programme annoncé équivaut à 8,18 milliards de dollars en nouveaux fonds pour le secteur agricole et agroalimentaire canadien.

« En accordant ces fonds, le gouvernement du Canada s’engage à favoriser, pour le secteur, un avenir qui profitera aux agriculteurs et aux consommateurs et placera le Canada au premier rang mondial en matière de production agricole et agroalimentaire », a déclaré M. Vanclief.

Le nouvel investissement comprend un montant de 3,4 milliards de dollars qui représente la part fédérale attribuée à la mise en œuvre du Cadre stratégique pour l’agriculture (CSA). Ce cadre est une initiative fédérale-provinciale-territoriale, élaborée de concert avec les provinces et l’industrie, visant à aider le secteur à répondre aux exigences de plus en plus élevées des consommateurs et à la concurrence à l’échelle mondiale. Les ententes de partage des coûts avec les provinces augmenteront le financement du CSA.

Des consultations sur les divers éléments du CSA sont en cours avec des intervenants dans toutes les régions du pays. Les ministres fédéral, provinciaux et territoriaux de l’Agriculture s’attendent à officialiser leur soutien au Cadre au moment de leur rencontre à Halifax, la semaine prochaine.

Le Cadre prévoit que le Canada agira dans cinq secteurs clés : la salubrité et la qualité des aliments, l’environnement, les compétences et le renouveau, la science et l’innovation et la gestion des risques pour l’exploitation agricole.

Le député de Haldimand-Norfolk et président du Groupe de travail libéral du premier ministre sur les voies de l’avenir dans l’agriculture, M. Bob Speller, a déclaré que l’annonce d’aujourd’hui répondait aux recommandations provisoires du groupe de travail sur l’agriculture en offrant des mesures qui appuient et complètent le Cadre stratégique pour l’agriculture (CSA).

« Le gouvernement du Canada a vu les recommandations du groupe de travail et il y donne suite aujourd’hui, a déclaré M. Speller. Par cette annonce, on reconnaît la nécessité d’aider concrètement nos agriculteurs tout en édifiant un nouvel avenir pour l’agriculture qui placera le Canada au premier rang mondial. »

Pour préparer la voie à la nouvelle orientation adoptée dans le secteur de l’agriculture, et pour accélérer les avantages du CSA pour l’industrie et les consommateurs, l’annonce d’aujourd’hui comprend également une somme de 589 millions de dollars pour de nouvelles mesures fédérales, commençant cette année, qui visent à rehausser et à élargir les capacités de l’industrie dans les secteurs prioritaires du CSA, notamment :

  • promouvoir une meilleure utilisation des terres agricoles par l’entremise d’une série de mesures, y compris ne plus produire sur certaines terres agricoles vulnérables, améliorer les approvisionnements en eau, augmenter le nombre d’exploitations agricoles disposant d’un plan agroenvironnemental et améliorer l’accès à des pesticides nouveaux et moins dommageables pour l’environnement ;
  • consentir plus d’argent pour les investissements dans l’innovation agricole;
  • appuyer davantage le secteur afin d’accroître les possibilités d’exportations;
  • renforcer les collectivités rurales, notamment par des mesures visant à créer de nouvelles coopératives.

    Le gouvernement du Canada investira également 1,2 milliard de dollars au cours des deux prochaines années dans le cadre d’un programme de partage des coûts avec les provinces pour aider les agriculteurs à régler des problèmes comme la sécheresse, et à amorcer la transition vers une nouvelle génération de programmes de gestion des risques plus efficaces. En incluant les contributions provinciales, un milliard de dollars sera disponible pour chacune des deux prochaines années. Ce nouvel investissement s’ajoute aux mesures actuelles de soutien du revenu.

    En versant des fonds pour ce nouveau programme, le Canada continue de soutenir l’agriculture sans créer de distorsion sur les marchés et sans accorder de programmes de soutien des prix pour les denrées de base. Cela contraste avec l’application de la récente loi agricole américaine (U.S. Farm Bill).

    « Ce sont d’excellentes nouvelles pour les régions rurales canadiennes, a déclaré le secrétaire d’État au Développement rural et à l’Initiative fédérale de développement économique dans le Nord de l’Ontario, M. Andy Mitchell. En investissant dans l’avenir du secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire, nous investissons dans la croissance et le bien-être de nos collectivités rurales. »

    « Cette annonce arrive à un moment critique pour notre industrie, a déclaré le président de la Fédération canadienne de l’agriculture, M. Bob Friesen. Nous devons maintenant nous assurer que les gouvernements et le secteur feront preuve de souplesse au cours des mois à venir alors qu’ils développeront des pratiques de gestion des risques et qu’ils mesureront leur efficacité dans le cadre du CSA. »

    Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

    Agriculture Canada

    http://Aceis.AGR.CA/

    Commentaires