Accroître les anticorps dans le lait de la truie

Les levures vivantes ajoutées dans l’alimentation des truies ont le potentiel d’augmenter de façon significative les teneurs en anticorps du colostrum et du lait. Tel est la conclusion d’une étude sur un groupe de 66 truies en France. Deux lots homogènes de truies ont reçu, d’un côté, l’alimentation classique de l’élevage et, de l’autre, un supplément de levures Saccharomyces cerevisiae boulardii en fin de gestation et pendant l’allaitement. Des échantillons de colostrum ont été prélevés immédiatement après la naissance du premier porcelet de chaque portée, puis 12 heures et 24 heures après, sur un nombre maximal de tétines, et ce, sans administration d’ocytocine. Un dernier prélèvement a été effectué deux jours avant le sevrage, après l’administration d’ocytocine à la mère.

« La supplémentation de l’alimentation des truies avec Saccharomyces cerevisiae boulardii améliore efficacement les propriétés immunes du colostrum : les taux d’immunoglobulines IgG et IgA ont augmenté de 21 % et 18 % respectivement. Les IgA ont également augmenté de façon significative dans le lait : + 18 % », a expliqué André Guillou de la société Lallemand lors des plus récentes Journées de la recherche porcine. Puisque la truie ne transfère aucune immunité à ses porcelets durant la gestation, le porcelet nait sans immunité. L’immunité passive reçue de la mère aide le porcelet à développer son immunité active. L’utilisation de levures vivantes pourrait constituer une alternative à l’utilisation d’antibiotiques dans les élevages.

Source : Paysan breton

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires