Agissons maintenant pour protéger notre avenir

Ottawa (Ontario), 21 novembre 2002 – Les données publiées par le gouvernement du Canada confirment la nécessité d’une politique agricole exhaustive pour assurer l’avenir du secteur agroalimentaire. En effet, selon les prévisions trimestrielles publiées par Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC), le déclin des revenus agricoles se poursuivra. Par ailleurs, de nouvelles données tirées du recensement de 2001 révèlent une augmentation de l’âge moyen des agriculteurs et une diminution du nombre de nouveaux venus dans l’industrie.

« Ces données soulignent l’urgence d’élaborer une politique agricole à long terme, solide et bien financée, a affirmé Bob Friesen, président de la Fédération canadienne de l’agriculture. Mais même la meilleure des politiques ne suffira pas. Nous avons aussi besoin de prix vigoureux et d’un bon potentiel de rentabilité. »

Les activités agricoles exigent aujourd’hui d’importants investissements initiaux, soit en moyenne 800 000 $ et même jusqu’à 1,4 million de dollars dans certains secteurs. Or, ces investissements ne donnent pas un rendement garanti. Les statistiques montrent clairement la variabilité et l’insuffisance des revenus agricoles. La sécheresse dans les provinces des Prairies, le repli des prix dans le secteur de l’élevage et les coûts d’exploitation systématiquement élevés ont entraîné une baisse globale des revenus agricoles nets au Canada de 27 pour 100 entre 2001 et 2002. Qui plus est, le coût des intrants continue de s’emballer.

« L’agriculteur reçoit en moyenne six cents pour chaque dollar de ventes au détail. Compte tenu de leur faible rentabilité, les agriculteurs se trouvent à vivre sur leurs stocks ou sur l’amortissement, explique M. Friesen. Combien de temps pensez vous que les gens vont rester en agriculture dans ces conditions? Pensez vous que beaucoup de jeunes vont choisir l’agriculture si les perspectives ne sont pas plus intéressantes? »

Troisième employeur en importance au Canada, l’industrie agroalimentaire représente 8 pour 100 du PIB canadien. Elle a produit l’an dernier un excédent commercial de 7,4 milliards de dollars sur des exportations d’une valeur globale de 26,6 milliards de dollars. « Les producteurs agricoles sont le premier maillon de la chaîne alimentaire. Le vieillissement des producteurs constitue un motif d’inquiétude pour l’industrie agroalimentaire et pour toute l’économie du pays. Un investissement en agriculture est donc un investissement qui sert l’ensemble du pays », a lancé M. Friesen.

La publication des données d’AAC et du recensement arrive à point. Au début de décembre, le gouvernement enclenche sa dernière série de consultations sur le Cadre stratégique pour l’agriculture (CSA), qui vise à mettre au point les détails du CSA. Il est primordial que ces consultations fonctionnent pour aborder les questions soulevées par les prévisions sur les revenus et les données du recensement.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Cadre stratégique pour l’agriculture (CSA)

http://www.agr.gc.ca/canadaentete/

Fédération Canadienne de l’agriculture

http://www.cfa-fca.ca/

Commentaires