Aide financière à l’appui du commerce international

Montréal (Québec), 25 juin 2002 – Le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, M. Lyle Vanclief, a annoncé une aide fédérale de 175 millions de dollars étalée sur six ans. L’investissement servira au développement de marchés pour l’industrie agroalimentaire canadienne et aider le Canada à exercer des pressions pour favoriser davantage la libéralisation des échanges commerciaux en agriculture.

La semaine dernière, le premier ministre Jean Chrétien et M. Vanclief ont annoncé que le gouvernement du Canada versera 5,2 milliards de dollars dans le cadre d’un plan visant à renforcer le secteur agricole canadien et faire du Canada le chef de file mondial en matière de salubrité et de qualité des aliments, de production respectueuse de l’environnement et d’innovation.

M. Vanclief a donné aujourd’hui les détails de certains éléments du plan qui contribuera à enrichir la réputation du Canada sur les marchés internationaux. Ce plan aidera aussi les industries agroalimentaire, du poisson et des fruits de mer à élaborer des stratégies à long terme qui lui permettront de réussir sur les marchés clés. Cette initiative commerciale fait partie du Cadre stratégique pour l’agriculture proposé, une approche intégrée à long terme pour l’établissement d’une politique agricole nationale visant à aider le secteur agricole canadien à répondre davantage aux exigences de plus en plus élevées des consommateurs et à la concurrence internationale.

« Au cours des années antérieures, nous avons constaté une très grande augmentation de nos exportations agroalimentaires, a indiqué M. Vanclief, en précisant que les valeurs commerciales du Canada ont plus que doublé depuis dix ans, atteignant 26 milliards de dollars en 2001. Puisque les marchés internationaux deviennent de plus en plus exigeants, nous devons nous assurer que le Canada soit reconnu pour sa grande capacité de satisfaire les consommateurs, qui exigent des aliments salubres, de haute qualité et produits dans le respect de l’environnement. »

L’argent servira à renforcer de façon importante la capacité du Canada de participer au développement de marchés clés. Il permettra aussi au Canada de mieux cerner les débouchés commerciaux, d’aplanir les obstacles techniques au commerce et de recenser les nouvelles exigences du marché.

M. Vanclief a précisé que l’argent sera aussi utilisé pour augmenter le niveau de soutien technique à la commercialisation par l’entremise d’organisations comme l’Institut international du Canada pour le grain (IICG). Depuis plus de trente ans, l’IICG offre des programmes d’éducation et des services techniques à l’appui du développement de marchés internationaux et d’activités promotionnelles dans plus d’une centaine de pays.

M. Vanclief a ajouté qu’un montant d’argent aidera le Canada à faire pression pour la libéralisation accrue des échanges commerciaux à l’occasion des négociations de l’OMC sur l’agriculture et de négociations régionales. Des efforts seront aussi déployés afin que les partenaires commerciaux respectent leurs obligations commerciales internationales, et pour établir des alliances avec des groupes de l’industrie et les gouvernements de partout au monde qui partagent les mêmes idées.

« Nous nous efforcerons d’ouvrir de nouveaux marchés et de permettre aux exportateurs canadiens de produits agricoles et agroalimentaires de mettre entièrement à profit leur force concurrentielle », de conclure M. Vanclief

Les détails des programmes seront élaborés à la suite d’autres discussions avec l’industrie et les provinces.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires