Conflit de travail chez Olymel : la Conférence régionale des élus demande au gouvernement de poursuivre ses interventions

Montmagny (Québec), 26 janvier 2007 – La menace de fermeture pesant sur l’usine d’abattage d’Olymel de Vallée-Jonction inquiète fortement la Conférence régionale des élus de la Chaudière-Applaches (CRE), au pointqu’elle demande au gouvernement du Québec de mettre tout en oeuvre afin queles discussions entre les deux parties et le conciliateur-médiateur nommé parle ministère du Travail dans ce dossier, M. Jean Poirier, aboutissentfavorablement.

« Il faut à tout prix éviter que la menace de fermeture qui plane surl’abattoir de Vallée-Jonction se concrétise. Il serait désastreux pourl’économie de toute la région de la Chaudière-Appalaches que cette entreprise,qui emploie près de 1 200 personnes, ferme ses portes. A ces pertes d’emploisdirects s’ajouteraient quelque 3 000 emplois indirects qui touchent plusparticulièrement les MRC de La Nouvelle-Beauce, de Robert-Cliche, deBeauce-Sartigan et de L’Amiante. Cette fermeture aurait aussi des conséquencestrès importantes pour les producteurs de porcs de la région et les autresentreprises opérant en sous-traitance pour Olymel. Le gouvernement du Québecdoit poursuivre ses efforts pour éviter cette fermeture », a indiqué leprésident de la CRE de la Chaudière-Appalaches, M. Réal Laverdière.

Consciente de l’importance de cette entreprise pour l’économie régionale,la CRE souhaite ardemment que soit reconsidéré, au besoin, le délai annoncé du28 janvier afin que les deux parties puissent en arriver à une ententesatisfaisante.

On rappelle que la CRE constitue l’interlocuteur priviligié dugouvernement en matière de développement régional en Chaudière-Appalaches.Elle a principalement pour mandat d’encourager le développement régional, defavoriser la concertation des partenaires régionaux et de donner, le caséchéant, des avis au gouvernement.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Olymel
http://www.flamingo.ca/

Commentaires