France : 3 millions d’euros supplémentaires pour la conversion à l’agriculture biologique

Paris (France), 6 mai 2009 – Michel Barnier, ministre de l’agriculture et de la pêche, annonce la mobilisation de 3 millions d’euros supplémentaires pour répondre aux fortes demandes exprimées par les agriculteurs concernant la conversion à l’agriculture biologique en 2009.

En 2008, les dépenses pour la conversion à l’agriculture biologique se sont élevées à 11 millions d’euros. 12 millions d’euros supplémentaires ont déjà été mis en oeuvre par la loi de finances 2009, auxquels s’ajoutent aujourd’hui les 3 millions d’euros de crédits. Au total, l’enveloppe dédiée à la conversion a été multipliée près de 2,5 entre 2008 et 2009.

Ces crédits nationaux sont par ailleurs complétés, dans chaque région, par des crédits européens issus du second pilier de la PAC. Ce cofinancement européen prévoit un financement à 55 % par l’Union européenne quand l’Etat finance à hauteur de 45%.

Face à une demande croissante des Français pour les produits biologiques et pour inciter plus largement à la conversion des exploitations, notamment dans le secteur des grandes cultures, le ministre avait annoncé le 27 septembre 2008 le déplafonnement des aides à la conversion vers l’agriculture biologique. Elles étaient initialement limitées à 7600 euros par exploitation.

L’augmentation de l’enveloppe dédiée à la conversion vers l’agriculture biologique s’inscrit dans le plan de développement de l’agriculture biologique lancé par Michel Barnier en septembre 2007. Le plan, repris dans les engagements du Grenelle de l’Environnement, vise au triplement des surfaces en agriculture biologique d’ici 2012, pour les porter à 6% des terres agricoles.

Michel Barnier à déclaré : « Le cap est fixé vers un développement significatif de l’agriculture biologique en France. La dynamique est enclenchée comme en témoigne le nombre de dossiers déposés cette année. Je souhaite que tous les dossiers de conversion puissent être honorés dans le nouveau dispositif. L’agriculture biologique s’inscrit naturellement et pleinement dans la stratégie de développement durable de l’agriculture. »

Commentaires