Gènes de résistance à phytophthora

Des chercheurs de l’Université Purdue, en Indiana, ont identifié deux gènes faisant partie du génome du soya et qui sont hautement résistants à Phytophthora sojae, un pathogène présent naturellement dans le sol et qui provoque la pourriture phytophthoréenne des racines et des tiges.

Cette maladie est particulièrement problématique dans les sols argileux lourds. Selon le ministère de l’Agriculture de l’Ontario, son incidence s’accroît avec la fréquence du soya dans la rotation.

Aux États-Unis, il est estimé que la pourriture phytophthoréenne fait perdre plus de 250 millions $ aux producteurs de soya chaque année.

La découverte des chercheurs scientifiques Jianxin Ma et Teresa Hughes pourrait mener au développement de cultivars de soya plus résistants à Phytophthora sojae.

La résistance à cette maladie existe déjà dans le génome du soya. Par contre, les gènes de résistance identifiés à ce jour avaient perdu leur habileté à combattre Phytophthora sojae, celle-ci leur ayant développé une résistance. D’après Jianxin Ma, les deux gènes nouvellement identifiés sont plus puissants et leur effet de résistance pourrait durer pour plusieurs années.

L’équipe de Purdue a découvert ces gènes en cherchant une solution génétique à un autre problème du soya, a indiqué la chercheuse Teresa Hughes. « À l’origine, nous cherchions une résistance possible à la rouille asiatique du soya. Nos essais au champ subissaient une forte pression de phytophthora et nous avons découvert que les gènes identifiés correspondaient à une bonne résistance à cette maladie. »

Le communiqué de l’Université Purdue

L’article scientifique dans Theoretical and Applied Genetics (PDF)

à propos de l'auteur

Articles récents de André Dumont

Commentaires