Grippe aviaire : un nouveau virus découvert au Canada

Ottawa (Ontario), 13 mai 2004 – Des analyses supplémentaires ont révélé que les oies d’une ferme d’élevage de la vallée du Fraser n’étaient pas infectées par le virus H5 ni par le virus H7 de l’influenza aviaire. Cependant, il existe de fortes indications montrant que les oiseaux ont été exposés au virus H6 de l’influenza aviaire. Ce dernier n’est toutefois pas lié à une maladie animale ou humaine grave.

Une enquête préliminaire laissait entendre que le virus H5 pouvait être présent sur la ferme. Cependant, d’autres analyses ont permis de révéler avec plus de certitude que les oies n’avaient pas été infectées par le virus H5 ni par le virus H7, mais de fortes indications laissent entendre qu’elles auraient été plutôt exposées au virus H6. Les analyses supplémentaires en cours devraient nous permettre d’identifier le type de virus qui a infecté les oies. D’autres tests nous permettront également de connaître le type de virus qui a atteint les canards de l’exploitation.

Le troupeau se trouvait dans un rayon de trois kilomètres d’un établissement reconnu comme infecté et avait été ciblé pour le dépeuplement dans le cadre des mesures entreprises par l’ACIA pour contrer l’influenza aviaire. Le dépeuplement régional dans le contexte de la lutte contre des maladies contagieuses comme l’influenza aviaire s’inspire des stratégies de lutte contre les maladies animales reconnues à l’échelle internationale.

La détection de divers sous-types du virus n’a rien de surprenant, surtout chez les oies et les canards qui sont habituellement élevés à l’extérieur. Dans des telles conditions, les oiseaux commerciaux sont exposés aux oiseaux sauvages qui sont reconnus être porteurs de divers sous-types du virus. La plupart des sous-types de virus véhiculés par les oiseaux sauvages sont faiblement pathogènes et n’entraînent pas de maladie grave chez les oiseaux. On n’a observé aucun signe clinique ni de taux de mortalité élevé chez ce troupeau.

L’arrêt de la propagation de la maladie est une priorité du gouvernement du Canada. Toutes les ressources nécessaires sont mises en oeuvre pour mener à bien cette démarche énergique qui vise à protéger la vitalité de l’industrie de la volaille en Colombie-Britannique.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA)
http://www.cfia-acia.agr.ca/

Commentaires