La conférence de la FCA est un franc succès

Calgary (Alberta), 1er août 2001 – La Fédération canadienne de l’agriculture (FCA), le plus important organisme agricole au Canada, a tenu son assemblée semestrielle 2001 les jeudi et vendredi de la semaine dernière. Les représentants des organismes agricoles provinciaux et des groupements de producteurs spécialisés se sont rencontrés et ont eu des discussions qui influeront sur l’avenir de l’agriculture au Canada.

«Les agriculteurs canadiens cherchent à établir les conditions à court et à long terme qui apporteront réussite et durabilité au secteur agricole dans notre pays. Ces discussions nous permettent d’établir les orientations futures de l’agriculture au Canada», a déclaré M. Bob Friesen, le président de la FCA.

À la suite des débats tenus lors de l’assemblée semestrielle, la FCA s’inspirera de son manuel intituléUne carte routière pour l’agriculture, manuel qui énonce ses recommandations en matière de politiques agricoles. «Nous sentons le besoin d’établir de solides principes lorsque nous envisageons l’avenir de l’agriculture au Canada. La voie que nous choisirons se conformera à ces principes. Nous continuerons le travail que nous avons entrepris lors de notre conférence tripartite de juin», a conclu M. Friesen.

L’assemblée semestrielle de la FCA a débuté jeudi matin avec une allocution du sous-ministre d’Agriculture et d’Agroalimentaire Canada, M. Samy Watson. Les membres du Conseil national de la FCA ont eu des discussions franches et ouvertes avec le sous-ministre. «Les discussions que nous avons eues avec le sous-ministre ont été très positives. La FCA et Agriculture et Agroalimentaire Canada se sont engagés à collaborer afin de définir l’orientation future de l’agriculture», a poursuivi M. Friesen.

Lors des séances de discussion, les représentants des organismes membres de la FCA ont mieux défini la position de l’organisme sur certains projets de loi présentement à l’étude au Parlement. Le projet de loi C-5 sur la cruauté envers les animaux, le projet de loi C-15 sur les espèces en péril et le projet de loi C-287 de l’initiative parlementaire sur l’étiquetage obligatoire des aliments issus de la biotechnologie préoccupent grandement les agriculteurs canadiens. «Les lois devraient toujours être conçues de façon à ce que les agriculteurs puissent s’en accommoder. Elles ne doivent pas constituer des obstacles qui empêchent les agriculteurs de progresser», a commenté M. Friesen.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération Canadienne de l’agriculture

http://www.cfa-fca.ca/

Commentaires