La croissance économique revue à la baisse

Après avoir émis des prévisions encourageantes cet automne pour la relance économique, l’OCDE doit revoir ses perspectives de croissance pour l’an prochain. Le reconfinement de plusieurs secteurs économiques dans différentes régions du globe à la suite d’une résurgence du coronavirus a mis les freins à la reprise qui prenait son envol cet été. Il faudra que les gouvernements poursuivent leurs efforts pour soutenir l’économie d’ici à ce que les vaccins soient disponibles largement, avertit l’OCDE.

La croissance mondiale est donc établie pour 2021 à 4,2% contre 5% en septembre. Avec l’hiver qui débute, l’organisme anticipe que les activités seront limitées pour encore un certain temps en raison de nouveaux pics d’infection. Une période plus prolongée de restrictions augmente les risques de voir des dommages permanents.

Les révisions concernent particulièrement la zone européenne avec le Royaume-Uni en tête avec une croissance de 4,2 plutôt que 7,6. Pour l’Union européenne, les perspectives ont reculé de  5,1% à 3,6%.

Pour le Canada, la croissance économique en 2021 devrait se situer à 3,5% contre 4% estimé en septembre. Axx États-Unis, la croissance prévue est de 3,2% comparativement à 4%.

Certains pays s’en tirent mieux. C’est le cas pour la France, le Japon et la Chine qui assumera son rôle de locomotive économique puisque son économie devrait inscrire une hausse impressionnante de 8%, inchangée par rapport aux estimations précédentes.

Le déploiement réussi d’un traitement COVID-19 est l’un des facteurs décisifs dans la trajectoire de la récupération de l’économie. Une réussite de ce côté permettrait aux gouvernements de mettre définitivement fin aux mesures de confinement, aux entreprises de rouvrir et aux gens de retourner au travail. Avec autant d’espoir mis là-dessus, les retards pourraient avoir un impact déterminant pour l’avenir, selon l’OCDE.

«Le bilan économique pourrait être sévère, augmentant à son tour le risque de problèmes financiers des entreprises fragiles, et par conséquent des retombées mondiales», a déclaré le président de l’OCDE.

Il existe également un risque accru de divergence entre les différentes régions qui pourraient se transformer en changements durables dans l’économie mondiale, a déclaré l’OCDE. L’Europe et l’Amérique du Nord contribueront moins à la croissance que leur poids dans l’économie en 2021, tandis que la Chine représentera plus d’un tiers de l’expansion mondiale.


 

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires