La France voit un « signe positif » à la conférence de l’OMC

Paris (France), 14 novembre 2001 – La France se félicite de l’accord conclu à l’issue de la quatrième conférence de l’OMC, « qui constitue un signal positif donné par la communauté internationale dans le contexte actuelle », ont fait savoir l’Elysée et Matignon dans un communiqué commun.

Les autorités françaises considèrent que l’accord de Doha « constitue une base de départ acceptable pour l’ouverture d’un nouveau cycle de négociation commerciale multilatérale », soulignent les deux têtes de l’exécutif français.

A leurs yeux, ce nouveau cycle de négociation « prend en compte les préoccupations et les objectifs des pays en voie de développement. » Il prévoit notamment l’accès des populations de ces pays aux médicaments, une mesure voulue et saluée par Paris.

Tout en notant les « avancées significatives » obtenues pour parvenir à une « meilleure maîtrise de la mondialisation », le président Jacques Chirac et le Premier ministre Lionel Jospin regrettent le peu de progrès enregistrés sur « la prise en compte de de la dimension sociale de la globalisation », mais se félicitent de « l’intégration pour la première fois de l’environnement dans la négociation commerciale multilatérale. »

Ils observent toutefois que ce dernier volet ne deviendra réalité que « si les accords multilatéraux sur l’environnement sont signés et ratifiés par l’ensemble de la communauté internationale. »

Quant à l’agriculture, dossier pour lequel l’Union européenne a arraché un compromis jugé satisfaisant à Paris, « les autorités français ont veillé à ce que les acquis de la Politique agricole commune ne soient pas remis en cause », souligne le communiqué commun de l’Elysée et de Matignon. « Ce sont les réformes de la PAC qui détermineront nos positions pour la négociation qui s’engage. La France y sera particulièrement vigilante. »

Source : AP

Commentaires