La lutte régionale contre le virus du SRRP se poursuit

Les gouvernements fédéral et provincial, ainsi que les producteurs de porcs, investissent 820 000$ pour continuer la lutte contre la maladie la plus coûteuse de l’industrie porcine, le Syndrome reproducteur et respiratoire porcin (SRRP). L’argent sera injecté dans les projets de contrôle local et éradication (CLÉ) du SRRP.

L’agroéconomiste Michel Morin du Centre de développement du porc (CDPQ) estime que les pertes annuelles liées à la circulation du virus du SRRP atteignent près de 6 millions$ pour l’ensemble des cinq zones visées. Les producteurs estiment pouvoir réduire les pertes de 15%, soit 870 000$ annuellement, après deux années de mise en place des stratégies de contrôle du SRRP.

Du total alloué, un demi million de dollars provient des deux paliers de gouvernement (Agriculture et Agroalimentaire Canada et ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentaire du Québec). Le restant, soit 320 000$, est déboursé par la Fédération des producteurs de porcs du Québec (FPPQ).

Quatre zones (Bécancour, Montérégie, Saint-Narcisse, Saint-Patrice) sont sur le point de compléter une première phase du projet piloté par le CDPQ, soit le diagnostic de la zone. La cinquième zone (Estrie) pilotée par Demeter Services vétérinaires a déjà complété cette phase. Durant les deux prochaines années, de 2012 à 2014, les producteurs travailleront dans les stratégies de contrôle du SRRP. Le projet actuel regroupe 235 sites porcins.

À lire :

Deux articles publiés dans Le Bulletin des agriculteurs l’automne dernier présentent ces projets :

A l’assaut du SRRP

Expérience CLÉ

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires