La souveraineté alimentaire : une priorité pour la FPLQ

Québec (Québec), 27 août 2007 – Le président de la Fédération desproducteurs de lait du Québec (FPLQ) a exposé à la Commission sur l’avenir del’agriculture la vision qu’ont les producteurs de lait du développement deleur secteur pour les dix prochaines années. Les propositions déposées à la Commission par la Fédération s’appuient sur une large consultation qui a réuni plus de 3000 productrices et producteurs de lait au cours de l’hiver 2007.« Nous souhaitons que le secteur laitier appuie son développement sur uncontrat social renouvelé avec la population et les gouvernements, basé sur lesprincipes de la souveraineté alimentaire et sur une gestion de l’offreefficace. Pour que cela se concrétise, nous demandons au gouvernement duQuébec non seulement d’adhérer aux principes de la souveraineté alimentaire,mais aussi d’en faire la pierre d’assise de la politique agricole du Québec » aaffirmé Marcel Groleau, qui présentait une des principales demandes desproducteurs laitiers québécois formulées à la Commission.

Par souveraineté alimentaire, on entend le droit des peuples à définirleur propre politique alimentaire et agricole, à protéger et à réglementer laproduction et les échanges agricoles nationaux de manière à atteindre desobjectifs de développement durable, à déterminer leur degré d’autonomiealimentaire et à empêcher le dumping de produits agricoles et alimentaires surleurs marchés.

« Dans un contexte international où 90 % des denrées agricoles sontconsommées dans les pays qui les produisent, le concept de souverainetéalimentaire est porteur d’avenir tant pour les pays développés, que ceux envoie de développement » a spécifié M. Groleau. Au Canada, qui est pourtant le4e plus important exportateur mondial de produits agricoles, 70 % des revenusagricoles proviennent du marché intérieur.

« Le modèle développé dans notre secteur, basé sur la gestion de l’offreet la mise en marché collective, a fait ses preuves. Il permet aux producteursde lait de tirer l’essentiel de leur revenu du marché sans affecter la santéfinancière des transformateurs laitiers et sans nécessiter d’intervention destrésors publics. C’est un modèle d’organisation qu’il faut préserver » asoutenu le président de la FPLQ.

Encourager la pérennité des fermes laitières québécoises
Les producteurs de lait sont aussi interpellés par les questions liées àla relève même si le problème n’a pas atteint un niveau crucial dans lesecteur laitier. La Fédération s’est donné comme objectif qu’en 2017, toutesles régions du Québec compteront de nombreuses fermes laitières familiales,bien réparties sur tout le territoire. « Les producteurs laitiers n’ont pasattendu l’intervention du gouvernement pour prendre des mesures pour assurerla pérennité de la production laitière. Ils ont pris le taureau par les corneset ont réglé certains problèmes auxquels ils faisaient face » a affirméMarcel Groleau. Les producteurs de lait ont notamment mis en place desprogrammes d’aide à la relève et d’aide au démarrage de nouvelles fermeslaitières.

Le président de la FPLQ demande néanmoins au gouvernement de faire sapart pour assurer l’avenir de la production laitière québécoise. « Legouvernement du Québec doit mettre de l’avant diverses initiatives quiencouragent le transfert de la ferme en bloc plutôt que son démantèlement. Lemilieu agricole réclame depuis plusieurs années des mesures fiscales quiiraient dans ce sens et nous croyons que le gouvernement devrait y donnersuite le plus rapidement possible » a ajouté M. Groleau, qui demande aussi augouvernement d’étudier la possibilité de mettre sur pied un fonds de retraitepour les agriculteurs.

Développement de produits de créneaux
Marcel Groleau a fait part à la Commission du souhait des producteurs delait de collaborer avec leurs partenaires de la filière laitière et des’assurer d’un développement durable et profitable de tous les marchéscanadiens, de masse et de créneaux. Ils encourageront par leurs programmes demarketing les produits laitiers de qualité supérieure, certifiés à 100 % delait d’ici, et favoriseront la fabrication de produits de créneaux par destransformateurs, artisans et producteurs-transformateurs installés dans desbassins laitiers régionaux.

La Fédération des producteurs de lait du Québec représente les14 000 producteurs et productrices de lait et les 7 000 fermes laitières de laprovince. Les producteurs québécois livrent annuellement 2,8 milliards delitres de lait dont la vente totalise des recettes à la ferme de près de2 milliards de dollars. La production laitière génère au Québec quelque61 000 emplois et plus de 3,60 milliards de dollars d’activité économique.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération des producteurs de lait du Québec
http://www.lait.org

Commentaires