Le Canada et la Chine signent deux protocoles pour rétablir le commerce du matériel génétique dérivé du bétail

Beijing (Chine), 14 octobre 2004 – Dans le cadre de sa première visite officielle à Beijing, le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire du Canada, l’honorable Andy Mitchell, a rencontré M. Li Changjiang, ministre de l’Administration générale de la surveillance de la qualité, de l’inspection et de la quarantaine (AQSIQ) de la Chine. Au terme de leur discussion, les ministres ont conclu un accord et signé deux protocoles visant la réouverture, au cours du mois prochain, de l’un des plus importants marchés asiatiques du Canada pour l’exportation de matériel génétique de bovins canadiens. Les deux protocoles énoncent les conditions liées à l’importation par la Chine de semence de taureaux et d’embryons de bovins du Canada.

Faisant état des échanges commerciaux de longue date du Canada avec la Chine pour ce qui est des produits, des services et des technologies agricoles, le ministre Mitchell a souligné l’importance des deux protocoles, qui favoriseront les exportations canadiennes et rétabliront la collaboration traditionnelle avec le secteur des produits laitiers de la Chine.

« Les exportateurs canadiens de matériel génétique continuent d’offrir des partenariats sécuritaires, sûrs et fiables aux secteurs des produits laitiers et du boeuf de la Chine, a indiqué le ministre Mitchell. L’apport de notre matériel génétique de grande qualité à la croissance vigoureuse du secteur chinois des produits laitiers est depuis longtemps reconnu.»

Le ministre Mitchell a aussi exprimé sa gratitude personnelle à l’égard du soutien fourni par l’AQSIQ, le ministre Li et ses représentants.

Reconnaissant l’importance des deux protocoles, M. Rick McRonald, directeur exécutif de l’Association canadienne de l’industrie du bétail et de la génétique, a affirmé qu’il voyait d’un bon oeil le fait que les ententes rouvriront un marché précieux – la Chine – pour le secteur du matériel génétique du Canada.

« Ce tournant décisif permet au secteur des produits laitiers et de l’élevage de la Chine de recouvrer l’accès au matériel génétique de premier ordre du Canada. Il s’agit d’un rebondissement positif pour un secteur qui a connu une période de 17 mois très difficile », a fait valoir M. McRonald.

Au cours des derniers mois, l’industrie canadienne, l’Agence canadienne d’inspection des aliments, Agriculture et Agroalimentaire Canada et les autorités chinoises ont collaboré de manière remarquable dans le but de résoudre les préoccupations au sujet du secteur du matériel génétique du Canada. L’important pas en avant annoncé aujourd’hui met en évidence l’excellence et le dévouement traditionnels des producteurs canadiens qui travaillent de près avec les secteurs chinois des produits laitiers et du boeuf en plein essor.

Le ministre Mitchell a aussi insisté sur la contribution apportée par le ministre de l’Agriculture de la Chine, M. Du Qinglin, qui a approuvé récemment des changements à la réglementation chinoise, ce qui permet l’importation de certains produits en provenance de pays où la présence de l’ESB a été signalée. Le ministre espère poursuivre le dialogue constructif avec les autorités chinoises en vue de la normalisation des échanges de bovins et de produits du boeuf.

Protocole d’exportation de la semence canadienne en Chine :
Avant la fermeture de la frontière en raison des préoccupations de la Chine concernant l’éventualité d’une transmission de l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), les exportations canadiennes de semence en Chine représentaient dix millions de dollars annuellement. Le protocole permet aux exportateurs canadiens de continuer à apporter une contribution marquée au développement constant du secteur des produits laitiers de la Chine, un secteur important en plein essor.

Protocole d’exportation des embryons canadiens en Chine :
Les exportations canadiennes d’embryons en Chine représentaient sept millions de dollars annuellement, avant la fermeture de la frontière en raison des préoccupations de la Chine concernant l’éventualité d’une transmission de l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB). Le protocole permet aux exportateurs canadiens de recommencer à vendre des embryons à la Chine.

À la suite de la signature des deux protocoles, des représentants de l’Administration générale de la surveillance de la qualité, de l’inspection et de la quarantaine (AQSIQ) de la Chine ont accepté de se rendre au Canada pour enregistrer les établissements canadiens de production de matériel génétique qui exporteront des produits en Chine, de sorte que le commerce reprenne au cours des trente prochains jours.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA)
http://www.cfia-acia.agr.ca/

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires