Le Canada tente de prévenir la fièvre aphteuse

Québec (Québec), 6 mars 2001 – Les voyageurs arrivant au Canada devront faire face à des mesures plus sévères afin de prévenir l’entrée de la fièvre aphteuse au pays, a annoncé mardi le ministre canadien de l’Agriculture.

La mise en place de ces précautions additionnelles survient au moment où les producteurs de bétail du Canada exhortent les producteurs agricoles à adopter des mesures de sécurité supplémentaires pour empêcher que le virus atteigne les fermes du pays.

S’adressant à la presse à Québec lors d’une conférence sur l’agriculture, le ministre canadien Lyle Vanclief a expliqué que les passagers seraient soumis à des séances de désinfection des pieds dans les aéroports du pays.

Il a indiqué que l’Agence canadienne de l’inspection des aliments avait augmenté sa surveillance dans les aéroports et y utilisait désormais des chiens policiers.

« Le service des douanes et l’agence de l’inspection des aliments augmentent le plus possible leurs efforts de surveillance, allant jusqu’à fouiller les bagages des gens, leurs chaussures, et demander leur provenance et destination », a dit le ministre.

Vanclief a précisé que les agents canadiens vérifiaient aussi les produits alimentaires apportés par les passagers.

Aucune éruption de fièvre aphteuse n’a été signalée au pays depuis 1952.

Le comité vétérinaire de l’Union européenne a décidé mardi de prolonger jusqu’au 27 mars l’interdiction des exportations de viande britannique.

Mise en place le 21 février pour une semaine, cette mesure avait été prolongée une première fois jusqu’au 9 mars.

Le Comité Vétérinaire Permanent (CVP) a également décidé de limiter les mouvements transfrontaliers de bétail susceptible d’être porteur du virus de la fièvre aphteuse.

La crise de la fièvre aphteuse entame sa troisième semaine en Grande-Bretagne où plus de 70 foyers infectieux sont confirmés.

Cette semaine, le Conseil canadien du porc a réclamé l’instauration d’un protocole de biosécurité pour les producteurs afin d’éviter les voyageurs provenant d’Europe et d’empêcher les véhicules qui ne sont pas vides et propres de s’approcher des fermes.

Le conseil a également fortement suggéré l’utilisation d’un sytème de sécurité dit à « double entrée » qui force chaque personne entrant dans une ferme à se laver les mains et retirer les vêtements et chaussures pour en enfiler d’autres propres et désinfectés.

« Tout ce développement en Europe a mis l’accent sur notre préparation afin de prévenir l’incursion au Canada de la mladie de la fièvre aphteuse », a dit à Reuters le directeur-général du Conseil canadien du porc, Martin Rice.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA)

http://www.cfia-acia.agr.ca/

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Conseil canadien du porc (CCP)

http://www.canpork.ca/

Commentaires