Le projet de blé transgénique au Canada doit être tué dans l’oeuf selon Greenpeace

Montréal (Québec), 8 janvier 2003 – Greenpeace vient d’apprendre que la
multinationale de la biotechnologie, Monsanto, a déposé une demande
d’autorisation au Canada pour du blé génétiquement modifié (GM). Si cette
requête était approuvée, cela pourrait sérieusement compromettre le marché
canadien du blé. Greenpeace presse le ministre canadien de l’Agriculture, Lyle Vanclief, d’interdire immédiatement le blé GM au Canada.

« Le ministre Vanclief doit agir dès maintenant afin de protéger les
fermiers, de même que tous les Canadiens de la menace du blé GM », soutient
Eric Darier. « Les associations d’agriculteurs et les groupes de consommateurs
n’en veulent pas, et ce blé n’intéresse pas non plus les marchés au Canada et
outre-mer. Seul Monsanto va retirer des profits de ce blé GM, alors que nous
en payerons le prix. C’est pourquoi le ministre Vanclief doit tuer ce projet
dans l’oeuf », explique Eric Darier.

Citant une longue liste d’enjeux environnementaux et économiques, des
groupes du monde agricole, dont la National Farmers Union, le Saskatchewan
Organic Directorate et la Commission canadienne du blé ont fait part de leurs
inquiétudes concernant l’introduction du blé GM au Canada. Au pays, plus des
deux tiers des marchés vont refuser d’acheter du blé GM. En outre, craignant

la pollinisation croisée, plusieurs acheteurs de blé canadien vivant outre-mer
insistent pour dire qu’ils refuseront d’acheter tout blé canadien GM.

Le 23 décembre, Monsanto soumettait à l’Agence canadienne d’inspection
des aliments une demande pour la culture en champs de son blé génétiquement
modifié. Santé Canada et Monsanto ont refusé de confirmer si une demande
d’autorisation concernant la sécurité alimentaire de ce blé a été faite.

La variété de blé qui fait l’objet de la requête d’autorisation a été
modifiée pour être compatible avec l’herbicide Round-Up de Monsanto. Cela
signifie que les champs de blé seront soumis à des doses massives de
pesticides. « A lui seul, l’usage accru des pesticides est une source de
profondes inquiétudes », précise Eric Darier.

A l’heure actuelle, aucun pays au monde n’a approuvé le blé GM. Monsanto

avait amorcé le processus de demande d’autorisation aux Etats-Unis, quelques
jours avant de le faire au Canada.

On peut télécharger une copie en anglais du rapport de Greenpeace
intitulé: « Against the Grain: The Threat of Genetically Engineeered Wheat » au
www.greenpeace.ca. La synthèse en français de ce rapport se trouve sur le même
site mais dans la section française : « Blé maudit : la menace du blé
transgénique ».

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Greenpeace Canada

http://www.greenpeacecanada.org/

Monsanto

http://www.monsanto.com/

Commentaires