Le secteur agroalimentaire canadien en tête

Ottawa (Ontario), 29 janvier 2002 – Les usines canadiennes de transformation de produits alimentaires bénéficient d’un important avantage au niveau des coûts par rapport à celles des États-Unis, selon les conclusions d’une étude d’envergure internationale.

L’analyse effectuée par le cabinet KPMG, intitulée Competitive Alternatives : Comparing Business Costs in North America, Europe and Japan, révèle que les coûts de production des usines canadiennes de transformation sont inférieurs de 7,5 pour cent à ceux des usines des États-Unis, confirmant ainsi la place de choix du Canada pour investir.

Dans le secteur des aliments essentiels, le Canada se classe premier en Amérique du Nord et occupe le quatrième rang parmi l’ensemble des autres pays, étant devancé de peu par le Royaume Uni, l’Italie et les Pays-Bas.

Les coûts de recherche en laboratoire et de développement au Canada sont inférieurs de 27,2 pour cent à ceux des États-Unis. C’est un facteur de grande importance pour les fabricants qui ont recours à des techniques innovatrices pour adapter leurs produits aux préférences et aux exigences des consommateurs des divers pays du monde.

L’agroalimentaire n’est qu’un des secteurs industriels visés par l’étude de KPMG , une étude qui a comparé les coûts d’installation et de fonctionnement de 12 types d’entreprises dans 86 villes de l’Amérique du Nord, de l’Europe et du Japon.

Dans tous les secteurs, et pour la troisième fois, le Canada s’est classé au premier rang parmi toutes les nations du G7 sur le plan de la compétitivité des coûts d’après les conclusions d’études effectuées par KPMG.

Ce sont de bonnes nouvelles, a affirmé le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, M. Lyle Vanclief.

« Les coûts compétitifs et le nouveau Cadre stratégique, qui, lorsqu’une fois en place, fera du Canada le fournisseur de choix pour la salubrité et la qualité supérieure des aliments produits dans le respect de l’environnement, attirera sûrement les compagnies manufacturières en alimentation, a ajouté M. Vanclief. Non seulement notre pays produit des aliments de qualité, mais il le fait de manière efficace par rapport aux coûts. Le message est clair : le Canada est ouvert au monde des affaires. »

Le secteur agricole et agroalimentaire est l’un des plus importants de l’économie canadienne. C’est le deuxième secteur manufacturier en importance, évalué à près de 130 milliards de dollars; il fournit un emploi sur sept au Canada. L’an dernier, les ministres fédéral, provinciaux et territoriaux de l’Agriculture ont convenu en principe de la mise en place du Cadre stratégique pour l’agriculture, qui précisera des buts et des objectifs communs pour une refonte en profondeur de l’avenir de l’agriculture au Canada. Il fournira au secteur les moyens de consolider sa position sur les marchés nationaux et internationaux en développant des produits innovateurs et des pratiques nouvelles.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires