L’emploi se porte bien en agriculture

Montréal (Québec), 9 février 2009 – Le Québec a perdu 25 800 emplois pendant le premier mois de l’année 2009. L’Indice Jobboom recule donc de 8,5 points, et ce, même si les données recueillies par Statistique Canada au cours des 10 dernières années montrent une tendance à la création d’emploi au Québec en février. La prévision de la force de l’emploi s’arrête ainsi à 70,8 % ce mois-ci, passant du niveau « favorable », qu’il occupait depuis août 2008, au niveau « passable ».

Les mauvaises nouvelles continuent d’affluer en Ontario, car la province a perdu pas moins de 71 000 postes en janvier 2009. L’accalmie de décembre, où 1 800 emplois avaient été créés, est donc terminée. Conséquence : déjà installé au niveau « défavorable » depuis un mois, l’Indice Jobboom de l’Ontario effectue un plongeon de 33,1 points et s’établit à 14,3 points en février.

Province de Québec : 70,8 % – passable
Les 25 800 emplois perdus en janvier font diminuer l’Indice Jobboom, qui perd 8,5 points pour s’établir à 70,8 %. Il se voit relégué au niveau « passable » en février, alors qu’il avait passé les six mois précédents au niveau « favorable ».

En janvier, c’est le secteur de la Production de biens qui a écopé des plus lourdes pertes, avec un bilan net de -25 500 postes. Le sous-secteur le plus durement touché est sans conteste la Fabrication, qui a vu s’envoler en fumée 30 000 emplois. Le domaine Foresterie, pêche, mine et extraction de gaz s’en tire avec une perte moins importante (-1 800 postes), alors que les Services publics (+2 900), l’Agriculture (+2 500) et la Construction (+900) affichent un bilan positif.

Le total de 400 postes perdus en janvier dans le secteur des Services cache des réalités très différentes d’un sous-secteur à l’autre. Les employés affectés aux élections provinciales de décembre ayant terminé leur mandat, c’est le sous-secteur Administrations publiques qui perd le plus de joueurs : -27 600. D’autres sous-secteurs affichent un bilan négatif, mais moins spectaculaire : Information, culture et loisirs (-9 000), Finance, assurances, immobilier et location (-8 300), Transport et entreposage (-5 500) et Services aux entreprises, services relatifs aux bâtiments et autres services de soutien (-2 000). A l’inverse, d’autres domaines ont contribué à améliorer la performance globale des Services : Services professionnels, scientifiques et techniques (+14 900), Commerce (+9 600), Soins de santé et assistance sociale (+9 600), Hébergement et services de restauration (+9 500) et Services d’enseignement (+2 200).

Depuis un an, l’emploi dans la province a diminué de 0,8 %. Rappelons que l’Indice Jobboom indique la vigueur de l’emploi par rapport aux 120 derniers mois. L’Indice de ce mois-ci, pour le Québec, occupe le 66e rang sur 120, ce qui signifie que 54 mois ont affiché une performance plus faible au cours des 10 dernières années. L’emploi a augmenté de 16 % dans la province au cours de la dernière décennie.

Qu’est-ce que l’Indice Jobboom : rappel
L’Indice Jobboom est une prévision de la force de l’emploi pour le mois courant, calculée par rapport aux dix dernières années. Plus l’Indice est fort, c’est-à-dire près de 100 %, plus le marché de l’emploi est favorable.

L’Indice Jobboom est obtenu grâce aux données mensuelles (désaisonnalisées) de Statistique Canada, recueillies par l’Enquête sur la population active (EPA). La prévision est basée sur une méthode statistique nommée l’autorégression. L’Indice Jobboom possède une marge d’erreur normale de 2 %. L’Indice Jobboom régional se base sur les données fournies dans l’EPA concernant les régions métropolitaines de recensement (RMR).Pour plus de détails, consultez la section de l’Indice Jobboom à l’adresse suivante : www.jobboom.com/indice.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Jobboom
http://www.jobboom.com

Statistiques Canada
http://www.statcan.ca/francais/search/index_f.htm

Commentaires