Les Chinois se tournent vers les légumes biologiques

France, 11 mars 2003 – Le stand de légumes bio de Carrefour à Pekin est fort bien mis en valeur. Sous les pancartes informatives, Hong–Su–Yen fait son choix. Cette Chinoise de 35 ans d’origine taiwanaise, trouve ces légumes plus chers que les autres mais elle ne remplit son chariot que de produits certifiés. Andreï, un client russe, les préfère car il connaît les risques pour la santé des légumes issus de l’agriculture intensive chinoise mais il avoue ne pas faire une totale confiance aux certifications. Wang Li, quant à lui, s’est dirigé vers l’étalage pour prendre une barquette de tomates biologiques parce qu’elles sont déjà emballées et qu’il n’est pas nécessaire de les faire peser, contrairement aux autres légumes.

Carrefour a constaté que le consommateur chinois, toujours préoccupé par la qualité visuelle et gustative des produits alimentaires, est désormais très attentif à des critères invisibles liés à leur mode de production. Sensibilisés par des campagnes gouvernementales en faveur de l’agriculture raisonnée, les Chinois prennent aujourd’hui conscience de la toxicité de certains résidus chimiques de pesticides, d’insecticides et d’antibiotiques sur les produits alimentaires. Clients des hypermarchés, les consommateurs urbains qui appartiennent principalement à la classe moyenne émergeante ainsi qu’à la classe aisée, recherchent désormais une nourriture garantie saine. La marque française a en outre constaté que le produit biologique est plus parlant pour un consommateur chinois qu’un produit bon pour la santé dans la mesure où le bio est synonyme d’absence de poison dans les aliments.

Les produits bio sont apparus pour la première fois dans les magasins Carrefour de Pékin en octobre 2001. Aujourd’hui, c’est un assortiment d’environ 80 produits qui sont distribués dans les rayons de la République Populaire. Ce sont principalement des légumes, mais on trouve également des produits secs comme le riz ou le millet. Dans la totalité des hypermarchés où ils sont disponibles en Chine, ces produits représentent 19.6% des ventes totales de légumes, soit 145 tonnes vendues par mois.

Pour mettre en place son réseau de production biologique, Carrefour a utilisé l’expérience du label qualité de la marque, distribué notamment en Amérique latine et en Europe. Cette garantie pour le client porte sur le mode de production. L’origine et la traçabilité des produits lui assure avant tout une qualité gustative et l’absence d’OGM. Les producteurs sont des fermiers locaux, en contrat de 3 ans renouvelable avec le distributeur. Le standard bio est encore plus exigeant mais la relation du distributeur avec son producteur reste la même. Elle dépend d’un cahier des charges et d’un contrôle effectué par un organisme extérieur.

Fermes biologiques et certifications
Carrefour Chine se fournit ainsi auprès des fermes biologiques chinoises. Proches des agglomérations où les hypermarchés sont implantés, ces exploitations remplissent les rayons bio à Pékin, à Qingdao, à HeilongJiang, à Canton et à Shanghai. Chaque producteur possède un certificat du Centre chinois pour le développement de la nourriture biologique (OFDC – SEPA). Les produits sont vendus en rayon avec le sigle de cet organisme dépendant du Ministère de l’environnement chinois. En outre, l’OFDC est en quête de reconnaissance par l’IFOAM, la fédération internationale des mouvements agro–biologistes basée en Allemagne. Selon les responsables de Carrefour en Chine, le cahier des charges de l’OFDC devrait être validé par l’IFOAM cette année. Carrefour, qui souhaite par ailleurs créer dans l’avenir son propre label biologique, va également faire contrôler ses fournisseurs par des organismes de certification reconnus à l’international, comme ECOCERT ou BCS. Ces structures, qui engagent un contrôle d’experts sur le terrain, restent des références en terme de certification bio.

Bien implanté dans ce pays qui attache une grande importance à l’art culinaire, Carrefour souhaite avec cette initiative répondre aux attentes des consommateurs. Ses responsables mettent aussi en avant le fait que le succès de cette initiative favorise le développement des petits producteurs locaux. En outre, l’offre bio de Carrefour lui permet de faire preuve d’une préoccupation pour l’environnement et la santé publique, alors même que le gouvernement chinois durcit le ton envers les entreprises polluantes.

Source : Novethic

Commentaires