L’Indice Scotia des prix des produits agricoles remonte en août

Toronto (Ontario), 23 septembre 2003 – Après un recul en juillet, l’Indice Scotia des prix des produits de base, qui mesure les tendances des prix des principales exportations canadiennes, a rebondi de 1,1 % en août, surpassant de 19,2 % celui de l’an dernier.

« L’Indice des produits forestiers est le principal acteur de cetteremontée puisque les restrictions sur l’exploitation forestière en raison desfeux de forêt dans le sud de la Colombie-Britannique, de même que le meilleurmarché de la construction aux Etats-Unis depuis 1977, ont fait grimper lesprix du bois d’oeuvre en Amérique du Nord », explique Patricia Mohr, vice-présidente et spécialiste des produits de base pour Etudes économiques Scotia.« Les prix des métaux de base ont aussi été soutenus par une hausse marquéedans les sondages menés par les responsables des achats américains, démontrantà tout le moins une reprise modérée de l’activité manufacturière aux Etats-Unis. Le début d’une remontée des prix du bétail, à la suite de l’annonce de la levée de l’embargo américain sur la majorité des produits du boeuf canadiens, et une hausse légère du prix du blé ont gonflé l’Indice des produits agricoles. L’Indice du pétrole et du gaz a été le seul sous-élément àreculer en août, une baisse accrue par la faiblesse des prix des exportationsde gaz naturel aux Etats-Unis. »

Selon le rapport, la remontée des prix des produits de base, depuis leplancher cyclique atteint à l’automne 2001, englobe maintenant les produitsénergétiques et les métaux industriels; les pâtes et papiers devraientégalement entreprendre une forte remontée au quatrième trimestre 2003. Lespossibilités d’un autre fléchissement du dollar américain pondéré en fonctiondes échanges, à la suite de la réunion, le 20 septembre, des ministres desfinances du G7 à Dubai, laissent également croire à un renforcement des prixdes produits de base.

La reprise des prix des métaux de base, qui s’est amorcée en juin, s’estpoursuivie en août et en septembre. Le prix du nickel à Londres est passé de3,99 $US la livre en juillet à 4,25 $US en août puis à 4,68 $US à la mi-septembre, surpassant facilement le niveau de l’an dernier.

« Le nickel est maintenant notre choix numéro un pour les investisseurs.En effet, les prix continueront vraisemblablement à se consolider jusqu’aumilieu de la décennie », ajoute Mme Mohr. « Le redressement des prix du nickelde cette année reflète une demande fortement croissante en Chine ainsi que desstocks mondiaux restreints de ferrailles d’acier inoxydable contenant dunickel. La grève récente dans une importante usine canadienne de Sudbury,touchant 10 % de l’approvisionnement mondial, a resserré davantage lesconditions du marché. De plus, le marché est de plus en plus conscient qu’il yaura un faible nombre de nouvelles mines d’ici 2006, année à laquelledémarreront les activités de la mine de la Baie de Voisey, à Terre-Neuve, etun projet en Nouvelle-Calédonie. »

La consommation de nickel en Chine devrait grimper de 28 % en 2003, aprèsun gain de 20 % en 2002 et de 26 % en 2001, partiellement en raison de la miseen valeur d’infrastructures et de la construction non domiciliaire. La fortedemande en Chine se traduit également par des gains de production à deuxchiffres dans les usines d’acier inoxydable de Corée du Sud, de Taiwan et duJapon.

Du côté de l’or, le cours à Londres a grimpé à 359 $US l’once en août parrapport à 350 $US en juillet. Le cours de l’or a augmenté de nouveau à 385,50$US à la mi-septembre, et le secrétaire américain au Trésor, dans un effortvisant à ranimer la compétitivité dans le secteur manufacturier américain, ademandé aux pays du G7 de mettre fin aux interventions sur les marchésmonétaires dont le but est de freiner l’appréciation de leur devise parrapport au dollar américain.

L’Indice des produits forestiers a enregistré un gain important en aoûtalors que la hausse des prix des produits de construction (bois d’oeuvre etpanneaux de particules orientées) ont neutralisé les baisses des prix ducarton doublure et du papier non couché sans pâte mécanique. Les prix dupapier journal aux Etats-Unis sont demeurés stables ou encore légèrementsupérieurs à 495 $US la tonne en août.

Les prix de la pâte se sont raffermis aux Etats-Unis à 550 $US la tonneen août pour la pâte kraft blanchie de résineux de l’hémisphère nord (KBRN),malgré une chute de 10 $US des prix en Europe. Toutefois, la diminution desprix cet été s’est avérée beaucoup moins importante que prévue. « Les prix dela pâte ont été soutenus par une autre augmentation subite des achats par lesfabricants chinois de papier en juillet et en août, suivie par une réductiondes achats au printemps dernier », précise Mme Mohr. « La Chine s’est accaparée11,2 % de la consommation mondiale totale sur tous les types de “marché” de lapâte l’an dernier, comparativement à seulement 2 % en 1995 et 1 % en 1990. »

Les prix de la pâte KBRN devraient probablement grimper de nouveau pourle nord de l’Europe en septembre. Les producteurs de pâte nord-américainscommencent aussi à annoncer une augmentation des prix sur le marché américainpour octobre, une hausse de la publicité dans les médias imprimés devantstimuler la demande pour le papier cet automne. Il s’agit d’une situationintéressante pour les producteurs canadiens qui assurent 34 % de la capacitémondiale de pâte kraft blanchie (résineux et bois dur).

L’Indice du pétrole et du gaz a reculé en août en raison de la diminutiondes prix des exportations de gaz naturel en provenance du Canada, qui a plusque neutralisé une légère hausse des prix du brut léger Edmonton et uneaugmentation des prix du propane. Les prix exceptionnellement élevés du gaznaturel l’hiver dernier, ainsi que celui du pétrole, ont continué de favoriserune activité de forage robuste. En août, le nombre de puits de pétrole et degaz canadiens achevés a grimpé à un niveau record pour le mois et a atteint ledeuxième plus haut niveau jamais enregistré pour la période des huit premiersmois de 2003 (hausse de 24 % d’une année sur l’autre). L’activité au Canadaarctique devrait être forte cet hiver, avant les engagements d’achat deterrains pour le projet de pipeline dans la vallée du Mackenzie.

Etudes économiques Scotia propose à sa clientèle une analyse approfondiedes facteurs qui façonnent l’avenir du Canada et de l’économie mondiale,notamment l’évolution macro-économique, les tendances des marchés des changeset des capitaux, le rendement des produits de base et de l’industrie, et lesenjeux relatifs aux politiques monétaires, fiscales et gouvernementales.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Banque Scotia
http://www.scotiabank.ca./ScotiabankFr/index.html

Commentaires