Marché des grains : Un sommet pour le blé depuis juillet 2016

Alors que certaines régions des États-Unis ont plus que leur quota de pluie, d’autres sont en net déficit depuis le début de la saison des semis. C’est le cas pour les régions du nord-centre de nos voisins du Sud, tels que le Montana, le Dakota du Sud, le Dakota du Nord et le Minnesota. Depuis un mois, le centre de surveillance de la sécheresse aux États-Unis (National Oceanic and Athmospheric Association) note une dégradation de la situation.

En conséquence, les cultures de blé de la région ont vu leur qualité reculer de semaine en semaine. En parallèle, les cultures de blé d’hiver dont la récolte ont débuté ont livré des résultats satisfaisants mais moindre qu’espéré. Cela s’ajoute au fait que les États-Unis ont mis en terre leur plus petite superficie consacrée au blé depuis plusieurs décennies, alors que es perspectives de récoltes de la mer Noire ont été revue à la baisse de 3,3%. Ces facteurs combinés ont fait grimper le blé qui a atteint dans la dernière semaine son niveau le élevé depuis juillet 2016.

Le maïs et le soya ont pour leur part bénéficié de la faiblesse du dollar américain qui se trouve à son niveau le plus bas depuis le début de l’année. Le fait que ces denrées soit plus abordables sur les marchés mondiaux n’a toutefois pas contrebalancé les conditions sur le terrain. Contrairement au blé, la météo a en effet été favorable pour ces deux cultures avec suffisamment de pluie après un épisode chaud et sec. Les perspectives sont bonnes pour les prochains jours mais si l’été est arrivé en force, plusieurs souhaitent que les précipitations se fassent moins nombreuses. Des régions de la  Corn Belt ont en effet été copieusement arrosées ce printemps, que ce soit près du Mississippi ou encore dans les régions des Grands Lacs.

Pour la semaine, le boisseau de blé pour juillet a gagné 4,4% pour terminer à 4,6525$US  contre 4,4575 $US vendredi dernier.

Le maïs pour juillet a reculé de 1% à 3,8400 $US par rapport à 3,8775 $US  la semaine derinière.

Le soya pour juillet a pour sa part clôturé à 9,3900 $US, comparativement à 9,4150 $US une semaine plus tôt, pour une très légère perte de 0,3%.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires