Olymel investit 80M$ à Yamachiche

Olymel, filiale de la Coop fédérée, annonce un investissement de 80$ à Yamachiche. Le projet devrait se conclure par également la création de 350 emplois à l’usine de transformation de porc Atrahan, située dans la municipalité.

Le projet est réalisé grâce à un partenariat 50-50 avec l’entreprise Lucyporc, propriété du Groupe Robitaille, annoncé en novembre 2015. Olymel annonce d’ailleurs que ce projet s’inscrit également dans une réorganisation de ses activités dans le secteur du porc frais dans l’Est du Canada. Olymel a déclaré lors de son dernier exercice financier des résultats records en termes de chiffres d’affaires, grâce à la hausse du prix de la viande de porc et d’une augmentation des exportations.

L’investissement sera consacré l’agrandissement et l’accroissement des capacités de production de l’usine Atrahan et par la mise sur pied d’un deuxième quart de travail dans l’établissement d’abattage et de découpe de porcs d’Olymel. Les partenaires estiment achever le projet d’ici trois ans, au terme duquel la production devrait doubler. Selon le communiqué de presse, « cet établissement réunira les conditions idéales pour le partage des expertises, le maintien et le respect des spécifications des produits, répondant ainsi aux exigences des clients, notamment au Japon ».

Les travaux comprendront le réaménagement de l’aire de réception des porcs, l’agrandissement du secteur de l’abattage, des salles frigorifiques et de la salle de découpe, des secteurs de l’entreposage, de l’expédition et des services, ainsi que des installations de traitement des eaux.

Une fois les travaux terminés, les nouvelles installations de l’usine devraient permettre aux partenaires « de valoriser davantage ses produits et sous-produits, de poursuivre la production de produits de niche de qualité supérieure comme le porc Mugifuji et le porc Nagano, produits vedettes de Lucyporc, ainsi que des produits de porc réfrigérés (chilled pork) ». Le quart de travail de jour sera principalement consacré  à la production des produits à valeur ajoutée des marques Mugifuji et Nagano, de façon à respecter intégralement les cahiers des charges de Lucyporc pour ces produits.

« C’est ce nouveau modèle manufacturier que nous mettons aujourd’hui en place afin de remettre notre secteur du porc frais de l’Est du Canada sur le chemin de la rentabilité à long terme d’une part, et d’augmenter son efficacité, tout en nous donnant les moyens d’améliorer encore la qualité de notre production et d’assurer le succès de produits à valeur ajoutée. Ces changements permettront également de répondre à une demande croissante, notamment sur le marché canadien et sur celui de l’Asie et auront un impact positif sur le renforcement de la filière porcine au Québec », a indiqué le président-directeur général d’Olymel, Réjean Nadeau.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires