Olymel s.e.c. annonce un redéploiement d’une partie de ses activités dans trois de ses usines au Québec

Saint-Hyacinthe (Québec), 6 mai 2005 – Le président-directeur général d’Olymel s.e.c, monsieur Réjean Nadeau annonce le redéploiement d’une partie des activités de production de l’entreprise dans le domaine des viandes transformées. Ce redéploiement découle de la fusion des activitésd’Olymel s.e.c. et de Supraliment s.e.c. et de l’intégration d’Aliments Princes.e.c. à ces deux entreprises. La fusion d’Olymel s.e.c. et de Supraliments.e.c. a reçu, plus tôt ce printemps, l’aval du Bureau de la concurrence.

Dans le cadre de ce redéploiement, l’entreprise déplacera l’ensemble dela production du secteur des viandes transformées de ses usines de Magog,Granby et Laval. Les activités de l’usine de Magog seront concentrées auxinstallations de St-Henri de Lévis sur la rive sud de Québec, celles del’usine de Granby aux installations de Trois-Rivières et celles de Laval àl’usine d’Anjou dans l’est de Montréal. Les usines de St-Henri de Lévis, deTrois-Rivières et d’Anjou feront l’objet d’investissements de l’ordre de 16millions de dollars, liés à l’agrandissement de leurs installations et à lamodernisation de leurs équipements. De nouveaux quarts de travail devraientdéboucher sur une plus grande capacité dans les volumes de production.

Cette consolidation des activités devrait générer la création de 171nouveaux emplois aux établissements de St-Henri de Lévis, de Trois-Rivières etd’Anjou qui emploient actuellement un total de 496 personnes. La période detransition n’affectera en rien la distribution des produits et les clients nesubiront aucune interruption dans la livraison de leurs commandes.

Ce redéploiement permet de tirer rapidement parti de la synergie et descomplémentarités associées à la fusion d’Olymel s.e.c. et de Supraliments.e.c. Il s’inscrit dans un effort de modernisation des processus deproduction, de réduction des coûts d’opération et d’accroissement de laproductivité pour répondre aux pressions exercées par la concurrence et à lanécessité de hausser la compétitivité de l’entreprise dans ses marchés.

Pour le président-directeur général d’Olymel s.e.c. « Ce redéploiementsuit de peu une réorganisation administrative et vient compléter larestructuration rendue nécessaire par l’intégration des entités d’Olymels.e.c., de Supraliment s.e.c. et d’Aliments Prince s.e.c. Avec unapprovisionnement fiable pour ses clients, une gamme élargie de produits dequalité, une structure de direction plus souple et un potentiel deproductivité amélioré, l’entreprise peut désormais consacrer toutes sesénergies à son développement et à sa croissance ».

La mise en oeuvre de ce plan de redéploiement entraînera cependant lafermeture des usines du secteur des viandes transformées de Magog, de Granbyet de Laval et une perte nette de 366 emplois. L’usine de Magog mettra findéfinitivement à sa production le 14 octobre 2005, l’usine de Granby le 14juillet 2005 alors que Laval fermera ses portes le 9 septembre prochain.Plusieurs employés des usines qui cesseront leurs activités pourraient sevoir offrir un emploi dans d’autres entités de l’entreprise et cela, dans lerespect des conventions collectives en vigueur. Olymel offrira toute sacollaboration aux autorités locales concernées par ces fermetures afin que sesinstallations puissent trouver une nouvelle vocation.

« Ce n’est jamais de gaieté de coeur que nous annonçons des pertesd’emplois et Olymel remplira toutes ses obligations envers ceux et celles quidevront quitter l’entreprise. Ce plan de redéploiement préserve un maximumd’emplois. Il a été soigneusement étudié et toutes les décisions qui y sontreliées ont été prises en tenant compte des intérêts de l’ensemble del’entreprise. Olymel évolue dans un marché changeant, soumis à diversespressions comme l’appréciation du dollar canadien, le moratoire sur ledéveloppement de la production porcine, les mouvements de consolidation desdivers acteurs dans l’industrie de l’alimentation et les aléas des marchésd’exportation. L’entreprise doit s’adapter à cet environnement », de concluremonsieur Nadeau.

Olymel s.e.c. occupe le premier rang au Canada dans le domaine del’abattage, de la transformation et de la distribution des viandes de porc etde volaille, avec des installations au Québec, en Ontario et en Alberta.L’entreprise emploie au-delà de 10 000 personnes et exporte près de la moitiéde ses ventes principalement aux Etats-Unis, au Japon et en Australie ainsique dans une soixantaine d’autres pays. Son chiffre d’affaires devraitatteindre plus de 2,5 milliards de dollars cette année, avec une capacitéd’abattage et de transformation de 160 000 porcs et 1,6 million de volaillespar semaine. L’entreprise commercialise ses produits sous les marques Olymel,Lafleur, Flamingo, Prince et Galco Foods.

La majorité des actions d’Olymel s.e.c. est détenue par La Coop fédérée,une fédération de coopératives agricoles regroupant plus de 51 000 membres.Groupe Brochu et la SGF-Soquia possèdent également des participationsimportantes dans le capital de l’entreprise. Olymel s.e.c. a son siège socialà Saint-Hyacinthe au Québec.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Coopérative Fédérée de Québec
http://www.coopfed.qc.ca/

Olymel
http://www.flamingo.qc.ca/

Commentaires