OMC: la France soutient à présent la proposition européenne

Paris (France), 9 décembre 2005 – La France est désormais disposée à accepter la dernière offre de l’Union européenne proposant une forte baisse de ses barrières douanières agricoles à l’occasion des négociations commerciales qui se tiendront du 13 au 18 décembre à Hong Kong, a indiqué vendredi la ministre du Commerce extérieur Christine Lagarde.

« Les pays européens sont soudés derrière la Commission sur la base de la proposition du 28 octobre », a-t-elle affirmé devant la presse, à quatre jours de l’ouverture de la réunion ministrielle de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

L’UE a proposé le 28 octobre de réduire de 60% ses barrières douanières agricoles les plus élevées, avec un abaissement de la moyenne de 46%.

La France, qui estimait jusqu’alors que cette proposition menaçait plusieurs dizaines de milliers d’emplois dans son agriculture, semble avoir adouci sa position sur le délicat chapitre agricole des discussions du cycle de Doha pour faciliter la tâche du commissaire européen au Commerce.

Paris redoutait que Peter Mandelson, chargé de négocier au nom des 25 membres de l’UE, n’outrepasse son mandat lors des négociations.

Quant au veto, dont le président Jacques Chirac avait brandi la menace en cas d’accord à l’OMC qui ne respecterait pas intégralement la réforme de la politique agricole commune (PAC) adoptée en 2003, il ne serait pas d’actualité à ce stade.

« On est à peu près dans les lignes », a observé Mme Lagarde, confirmant que Paris considère la proposition européenne comme compatible avec la réforme de la PAC.

Dans l’entourage de la ministre, on notait toutefois que l’hypothèse d’un veto français n’était pas entièrement levée. « La France a indiqué qu’elle était prête à refuser un accord qui remettrait en cause la PAC », expliquait-on. « Sa détermination est totale. »

Comparant les négociations à venir à « une équation à deux ou trois inconnues », du fait des milliers de produits à prendre en compte, Christine Lagarde a par ailleurs appelé le Brésil a montrer le chemin aux pays en voie de développement en faisant des propositions sur les services et les industries pour ouvrir les marchés et baisser les tarifs douaniers.

Source : AP

Commentaires