Plus de soya en Ontario

Avec les 28 ml de pluie tombée lundi, la région d’Ottawa vient de battre un record de pluie pour le mois de mai datant de 1986. La région de la capitale nationale a en effet enregistré 170 ml de pluie contre 164 ml en 1986. La pluie prévue mardi et mercredi pourrait encore gonfler ce record.

Pas étonnant alors de savoir que des producteurs songent à changer de culture devant la difficulté à semer dans plusieurs régions de l’Ontario. Selon Country Guide, certains champs de maïs n’ont pu être semés encore avec des progrès avoisinant les 80%. Les conditions sont également difficiles. Des producteurs s’inquiètent des conséquences sur les rendements d’avoir dû procéder dans des sols aussi humides.

Avec le temps qui passe, la chance d’accumuler suffisamment d’unités thermiques pour une maturité maximale du maïs se fait de plus en plus rare. Selon les observateurs sur le terrain, les travaux accusent une dizaine de jours en retard sur le calendrier habituel, soit à peu de choses près le même scénario qu’au Québec. Comme ici, la région n’a pas connue de pluie battante mais des averses une bruine continuelle, ainsi qu’une absence de chaleur.

Il ne serait donc pas surprenant que les ensemencements de soya soient supérieurs aux prévisions en Ontario. Pour le moment, environ 30% des champs destinés au soya ont pu être semés dans le sud de la province, un endroit où les sols sont lourds. Si la météo se montre non coopérative d’ici la prochaine semaine, des changements de plans auront lieu, prédisent les agronomes.

Malgré la pluie, la région d’Ottawa est plus avancée que dans le sud. Le maïs serait complété à 95% alors que le soya le serait à 75%-80%. Le reste des champs destinés à la fève pourraient prendre encore deux semaines à être complétés.

Sources: Météo média, Country Guide

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires