Rapport du BAPE : L’AQINAC salue l’ouverture du ministre de l’environnement

Québec (Québec), 30 octobre 2003 – « Le ministre Thomas Mulcair fait montre de sa bonne compréhension des enjeux liés à l’environnement et à la cohabitation sociale pour les producteurs de porc du Québec et nous saluons cette attitude, même si nous sommes déçus que le moratoire soit encore maintenu pendant un an ».

C’est ce qu’a soutenu le directeur général de l’Associationquébécoise des industries de nutrition animale et céréalière (AQINAC), M. YvanLacroix, alors qu’il réagissait aux propos du ministre de l’Environnement duQuébec, Thomas Mulcair, à la suite du dépôt du rapport du BAPE sur l’industrieporcine au Québec.

Depuis le printemps 2002, l’AQINAC travaille à la mise en place d’unenorme d’agriconditionnalité. Dans une étude de faisabilité, le Bureau desnormes du Québec (BNQ) a d’ailleurs déjà confirmé la possibilité de prendre encompte les propositions de l’AQINAC qui portent sur diverses mesuresenvironnementales, la cohabitation sociale, la salubrité et des pratiquesd’élevage. Cette norme, qui respecte les principes mis de l’avant par leministre de l’Environnement, s’appuie sur un processus transparent, desactions concrètes et un suivi rigoureux.

Toutefois, contrairement au BAPE dans son rapport, l’AQINAC croit que laquestion de la réforme de l’assurance-stabilisation des revenus agricoles(ASRA) doit reconnaître le gestionnaire de qualité, et ce, peu importe lataille de l’entreprise et le modèle juridique de l’élevage. Le développementde l’industrie porcine passe par cette reconnaissance.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE)
http://www.bape.gouv.qc.ca/

Commentaires