Recherche sur les gaz à effet de serre attribuables à l’agriculture

Ottawa (Ontario), le 25 février 2000 – Le Canada a franchi aujourd’hui un autre pas d’importance vers la réduction des émissions de gaz à effet de serre attribuables à l’agriculture en annonçant un investissement de plusieurs millions de dollars dans le domaine du changement climatique.







L’investissement de 4 millions de dollars aidera le secteur agricole à s’attaquer aux problèmes du changement climatique et contribuera aux efforts du Canada visant à honorer les engagements de Kyoto.


Le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, M. Lyle Vanclief, a déclaré que l’investissement de 4 millions de dollars, échelonné sur quatre ans, aidera le secteur agricole à s’attaquer aux problèmes du changement climatique et, en bout de ligne, contribuera aux efforts du Canada visant à honorer les engagements de Kyoto, soit de réduire les émissions de gaz à effet de serre de six pour cent par rapport aux valeurs de 1990 d’ici 2008-2012. La table de concertation de l’agriculture et de l’agroalimentaire sur le changement climatique a cerné les secteurs auxquels il faut s’attaquer, notamment la gestion des nutriments culturaux, des éléments nutritifs du bétail, du fumier ainsi que la séquestration du gaz carbonique et des biocarburants.

« Le gouvernement du Canada continue à adopter des mesures concrètes pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, a déclaré M. Vanclief. Cette annonce, dont l’accent est mis sur les émissions imputables à l’agriculture, mettra non seulement à profit les compétences de la communauté scientifique et du gouvernement, mais confiera un rôle de chef de file à l’industrie. »

« Cette initiative mettra à contribution les recherches sur l’agriculture et le changement climatique déjà entreprises au Canada, a déclaré le ministre des Ressources naturelles, M. Ralp Goodale, notamment sur le potentiel des sols agricoles comme puits de carbone. Le secteur agricole a des défis exceptionnels à relever et profitera de ce projet innovateur. »

L’Initiative de financement pour le changement climatique (IFCC), qui sera exécutée par le Conseil de recherches agroalimentaires du Canada (CRAC), compte quatre grands éléments.

Le premier portera principalement sur le développement et l’augmentation du nombre de spécialistes du domaine au Canada en octroyant un soutien aux projets impliquant des étudiants diplômés dans ce domaine. Le second élément accordera la priorité à la création de réseaux scientifiques où des équipes intégrées de spécialistes seront créées et où seront établis des partenariats sectoriels pour combler les lacunes dans les connaissances de base et assurer le développement de la technologie. Le troisième élément consistera en la dissémination d’information et de résultats et contribuera à réunir des spécialistes de l’ensemble du pays pour échanger leurs résultats et élaborer les priorités d’actions futures. Finalement, le projet lancera le processus de coordination des activités sur le changement climatique dans l’agriculture canadienne au sein du CRAC, qui se poursuivront bien après la fin de l’IFCC.

« Par l’entremise de cette initiative, les spécialistes canadiens auront une occasion exceptionnelle d’approfondir les connaissances sur les gaz à effet de serre, a déclaré M. Vanclief.

L’information, la connaissance et la compétence sont des outils essentiels pour s’attaquer à des enjeux ou à des problèmes. »

Les experts présenteront des projets directement au CRAC qui, par l’intermédiaire d’un comité d’experts issus du gouvernement, d’universités et de l’industrie décideront des récipiendaires. »

« Non seulement le programme permettra la création de partenariats, mais il profitera à l’ensemble des Canadiens, a mentionné M. Vanclief. Les résultats du projet nous orienteront vers des solutions précises qui permettront de réduire sensiblement les émissions de gaz à effet de serre attribuables à l’agriculture au Canada ainsi que d’augmenter le potentiel de séquestration du gaz carbonique par nos sols agricoles. »

Les propositions seront sollicitées les prochaines semaines, et le projet devrait être en marche avant que l’ensemencement du printemps ne commence au pays.

Le ministre Vanclief avait mis de côté le financement concernant les projets environnementaux l’an dernier lors de l’annonce de la poursuite du programme FCADRII. Ce programme versera 60 millions de dollars par année pour les programmes nationaux et régionaux qui concourent à la croissance et à l’adaptation du secteur agricole canadien.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Conseil de recherches agroalimentaires du Canada

http://www.carc-crac.ca/

Commentaires